Cameroun – Crise anglophone




Des manifestations ont lieu ce vendredi matin dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Les populations réclament la libération des activistes anglophones placés en détention depuis l’avènement de la crise anglophone en fin d’année 2016. Des mouvements ont lieu dans la région du Sud-ouest ce vendredi, 22 septembre 2017. Des populations sont mobilisées dans de nombreux villages pour revendiquer la libération de tous les anglophones détenus depuis le début de la crise anglophone au mois d’octobre dernier.

Les premières informations sur ces événements font état de manifestations populaires à Muyuka, Mbongue, New town Barumbai, Tinto, (sur la photo les femmes de Tinto) Waterfall Village, Lebialem, dans la région du Sud-ouest…Dans la région du Nord-ouest, des manifestations ont aussi été signalées dans certaines localités. Des vidéos circulent déjà sur les réseaux sociaux pour l’attester. Des femmes de tous âges sont mobilisées aux côtés des hommes des localités concernées par ce mouvement. Ils demandent également « la libération de l’Ambazonie« .

Cette mobilisation survient alors que les récentes explosions de bombes artisanales dans la région du Nord-ouest s’est soldée par une mesure restrictive dans cette partie du pays. En effet, jeudi, le gouverneur de la région du Nord-ouest, Adolphe Lélé Lafrique, a interdit tout trafic entre les différents départements de la région du Nord-ouest. « Les mouvements de personnes d’un département à un autre sont strictement interdits pour une période de 24 heures. Cette période va du 21 septembre à minuit jusqu’au vendredi, 22 septembre, à minuit », précise-t-il dans une décision signée jeudi. Mais la population a explosé à toutes ces restrictions et la population en a plus qu’assez d’être traité d’étrangère à l’intérieur de ses terres… La crise est bien plus profonde que cela, mais il suffit parfois d’une étincelle pour que la population bouge, car rien, ni personne ne peut arrêter un peuple qui se met en marche ! Paola



Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire