Dix ans après




ouzbekistan_moutabar_tadjibaevaEn mai 2005 des manifestations ont éclaté dans la ville d’Abidjan pour protester contre le chômage, les répressions du régime et le procès de 23 petits entrepreneurs.

Sans aucunes sommation, des soldats ont ouvert le feu à la mitraillette lourde sur la foule désarmée. A la suite de ce drame, la répression s’est renforcée dans le pays et le contrôle sur la société ouzbèke s’est accru. L’ébauche de société civile qui existait à été réduite à rien.

En se penchant sur ce massacre qui est resté impuni on prend conscience de certaines choses.

13 mai 2015, le massacre d’Abidjan ou le nombre officiel de morts serait de 187 personnes dont une moitié de policiers et de militaires. Mais d’après les ONG sur place, le nombre réel de morts oscillerait entre plusieurs centaines et 1500 hommes, femmes, enfants.

Le nombre de personnes jugées et condamnées dix ans plus tard c’est à dire en mai 2015 était de 0.

Le nombre d’enquêtes ouvertes internationales ou indépendantes acceptées par l’Ouzbékistan était également de 0. 

Le nombre de jours passés en prison sous la torture par Mutabar Tajibaeva, défenderesse des droits de l’homme qui a enquêté sur ce massacre est de 970 jours soit 2 ans, 8 mois et 20 jours. En décembre 2014 elle a reçu le 1er prix Engel-Dutertre de la fondation ACAT.

Le prix du silence  a été de 26 millions versée par l’Allemagne en 2010 pour louer la base militaire de Termez au sud de l’Ouzbékistan.

L’Allemagne comme tous les pays occidentaux a mis en sourdine ses critiques envers la situation des droits de l’homme après que les Etats Unis ont été contraint de quitter leur base militaire en 2005 car ils avaient dénoncé le massacre de la ville d’Abidjan.

Depuis lors des intérêts stratégiques et militaires semblent prévaloir. Il est déplorable que les états occidentaux ignorent délibérément les graves violations commises, comment peut-on alors avoir la conscience tranquille devant toutes les exactions qui se commettent au nom de qui, au nom de quoi ???? On devrait réfléchir à tout cela ! Béa

A propos Kaki

L'écriture m'a été d'une aide précieuse et mes écrits reflètent mon caractère. Que ce soit dans mes poésies, ou mes articles, tous sont matière à réflexion puisque très souvent je dénonce les exactions et la corruption présente partout dans le monde. Je me bats aussi pour la condition des femmes en Afrique et ailleurs ainsi que la protection des enfants ! Dans mon combat, notre auteur et ami "Kap" m'a rejoint pour nos convictions. Déjà neuf recueils de poésies à mon palmarès, tous répertoriés à la Bibliothèque Nationale de France. (BNF) " COULEUR D'AFRIK " au nombre de six recueils ont vu le jour, ils parlent de l'Afrique et des conditions de vie. " VOUS AVEZ DIT NORMAL " raconte des histoires extraordinaires vécues par moi " LES MOTS DES MAUX " sont les histoires de la vie de tous les jours. " LE CŒUR EN VRILLE " est tout en douceur et romantique à souhait ! Je n'ai pas oublié les enfants avec mon recueil "LÉGENDES D'ICI & DE LA-BAS" qui paraîtra pour les fêtes de Noël. Actuellement je travaille sur ma bio qui devrait paraître en cette fin d'année, elle s'appelle "JE TE RACONTE" Je suis tendre, amusante et parfois mordante, mes écrits ont un style qui font de moi un auteur confirmé qui mérite que vous me suiviez, si vous aimez la poésie ! A très bientôt de vous voir sur mes écrits. Je vous love ! Kaki
Ce contenu a été publié dans Chronique Bea, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire