En France – Le clan Fillon





En ce moment même les enquêteurs sont à l’assemblée pour se faire remettre des documents concernant l’affaire Fillon…. Hier après avoir été entendu pendant plus de 5 heures dans les locaux des services financiers, le couple Fillon est ressorti un peu après 21h ! Dénoncée par le journal “Le Canard Enchaîné “, le clan Fillon est la sur la sellette. D’après les ont-dit, Mme Pénélope Fillon aurait été employée par son mari et toujours d’après “les ont dit” ce ne serait qu’emploi fictif. L’emploi de son épouse n’est que l’une des six controverses qui entourent François Fillon.

Le volet le plus mis en avant des affaires qui pourraient affecter François Fillon est le niveau d’activité réel de son épouse Penelope, en tant qu’assistante parlementaire. Mais des soupçons pèsent sur cinq autres volets bien distincts ! Alors la première affaire est-elle l’arbre qui cache la forêt ! Les soupçons portent pas sur le fait que le mari ait employé son épouse, puisque c’est légal en France (contrairement aux Parlements européen et allemand). Ce qui est examiné par l’enquête ouverte par le parquet financier, c’est le niveau d’activité réelle de Penelope Fillon pour son mari. Ce, dans deux périodes et deux contextes différents : de 1998 à 2002 alors qu’il était député de la Sarthe. Puis à partir de 2012 pour une durée non précisée par le Canard enchaîné, lorsqu’après la victoire de la gauche, il est redevenu député, mais de Paris cette fois. Si les faits ne sont pas prescrits et si François Fillon devait bénéficier de l’immunité présidentielle, son épouse pourrait, elle, rester exposée à des poursuites pendant le quinquennat pour recel de détournement de fonds publics. 

Sujet distinct mais soupçons identiques pour la période 2002-2007 au cours de laquelle Penelope Fillon est assistante parlementaire de Marc Joulaud, suppléant de son mari devenu ministre. Les montants en cours sont supérieurs puisque ce député n’ayant pas de lien de parenté avec son assistante, il a pu élever sa rémunération au-delà de la moitié de l’enveloppe globale allouée aux assistants, plafond fixé pour un parent. C’est à cette période qu’elle aurait gagné jusqu’à 7 900 € brut par mois. Là encore, Penelope Fillon peut à tout moment être mise en examen pour recel. Quant à Marc Joulaud, devenu député européen, il bénéficie à ce titre de la même immunité que celle d’un député à l’Assemblée nationale

Ces différentes collaborations parlementaires sont supposées, selon le Canard enchaîné, avoir rapporté 500 000 € brut à Penelope Fillon.Troisième volet, lui aussi non couvert par une éventuelle immunité présidentielle de François Fillon : la collaboration soupçonnée d’être fictive de Penelope Fillon en tant que « conseillère stratégique informelle » pour la “Revue des deux mondes”, selon les termes de son propriétaire, le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière. Au cours des vingt mois de sa collaboration (contestée par le directeur de la revue à l’époque des faits), Penelope Fillon aurait indûment perçu 100 000 € brut, la seule trace de sa collaboration étant deux notes de lecture ne justifiant évidemment pas un tel montant.

D’autres controverses concernant François Fillon sont apparues par ailleurs. En octobre dernier, le Canard enchaîné, toujours lui, révélait que l’ancien Premier ministre, à peine parti de Matignon en mai 2012, a constitué, début juin, juste avant de redevenir député, une société de consultant – 2F Conseil – qui lui aurait rapporté 600 000,00 € de salaire net entre 2012 et 2015. Créer cette société une fois redevenu député était légalement impossible. Sommé de révéler l’identité de ses clients, François Fillon a jusqu’à présent refusé.

Dans la foulée de la polémique concernant son épouse, François Fillon en a lui-même provoqué une autre ! Il a en effet souhaité faire preuve de transparence en annonçant de lui-même qu’alors qu’il était devenu sénateur de la Sarthe, qu’il avait rémunéré les deux aînés de ses enfants pour des missions. Ceci du fait de “leurs compétences” en tant qu’avocats. Or, il était révélé dès le lendemain que les enfants concernés n’étaient pas encore avocats dans la période concernée. François Fillon a été sénateur de la Sarthe de septembre 2005 à juin 2007. Marie, l’aîné des enfants, n’est devenue avocate qu’en novembre 2007 et Charles, en juin 2011. Si les prestations rémunérées se révélaient fictives, elles sont susceptibles de poursuites.

Enfin, dimanche 29 janvier, Mediapart et le Journal du dimanche révélaient que François Fillon serait l’un des anciens sénateurs UMP à avoir bénéficié de chèques (à hauteur de 21 000 € dans son cas) provenant de reliquats de crédits d’assistants parlementaires, ayant transité par une association qui intéresse la justice. Six personnes dont quatre sénateurs ou anciens sénateurs sont déjà mises en examen dans cette affaire dans le cadre d’une instruction menée par le pôle financier. 

Alors nous allons essayez de suivre cette affaire de très près, sachant que tout peut jouer sur les élections du mois de mai, mais l’enquête va tellement vite qu’on pourrait quand même se demander si elle ne va pas être bâclée ou classée sans suite, tout comme l’affaire Sarko and co !!!! Paula



Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire