Dans la Creuse les salariés piègent leur usine




Sous-traitant automobile de la Souterraine (Creuse) GM&S Industry est menacé de liquidation judiciaire. Ses 279 salariés dénoncent l’attitude des deux principaux clients, PSA et Renault, qu’ils accusent de bloquer les négociations de reprise. Ils disent avoir “piégé ” leur usine avec des bonbonnes de gaz

L’usine GM&S Industry France de la Souterraine (Creuse), placée en redressement judiciaire en décembre 2016, a jusqu’au 23 mai pour trouver un repreneur. Ce fabricant de pièces automobiles pour PSA et Renault, compte 279 salariés dont un grand nombre se sont rassemblés ce jeudi dans l’usine avec l’intention de faire pression sur les deux constructeurs français pour qu’ils s’engagent à maintenir un volume de commandes suffisant. car ils affirment que ces deux constructeurs bloquent les négociations de reprise !

Des ouvriers ont détruit  une presse qu’ils ont découpée au chalumeau au cours de la matinée d’hier, et  ils ont  écrasé une autre machine-outil dans l’après-midi, selon les déclarations du  délégué CGT de GM&S qui indique également que l’usine a été “piégée” à l’aide de bonbonnes de gaz et de bidons d’essence.

“L’usine ne sera pas rendue intacte”

 “Nous refusons d’être baladés une minute de plus (…) Cela fait six mois que l’on se bat, et nous sommes désolés d’en arriver là, mais aujourd’hui la menace, c’est celle d’une liquidation pure et simple. Si tel devait être le cas, l’usine ne sera pas rendue intacte!”  déclare le représentant syndical. Il déclare également que tant que les négociations ne seront pas reprises, ils détruiront une machine par jour !

Il est vrai que dans certaines usines, les bénéfices sont importants mais que ces derniers ne sont pas réinvestis sur le territoire français mais juste déplacés en terre étrangère où le travail est fait à moindre coût par des travailleurs aux abois également !

La finance prend toujours le dessus sur l’humain et se joue et même s’en fout si une usine va se délocaliser ou se mettre parfois volontairement en liquidation judiciaire. Et là bien entendu notre nouveau chef d’Etat ne fera rien puisqu’il a dit je le cite : “Laissons les frontières ouvertes pour que les usines étrangères puissent venir s’installer” c’est peut-être pas au mot près mais c’est ce que cela voulait dire, mais il a juste oublier de rajouter que nos usines à nous, elles, elles foutent le camp pour une histoire de gros sous !! En espérant juste que des accords seront trouvés et que personne dans ce conflit ne sera tué ou blessé, car parfois il suffit d’une étincelle pour que tout saute ! Paola



Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire