France – Au Bourget, le show de la patrouille de france





L’Alpha Jet est un appareil militaire de conception franco-allemande. L’Alpha Jet peut être armé d’un canon de 27 mm ou 30 mm en pod ventral, et emporter 2 500 kg de charge offensive. Le système d’armement et de navigation de la version de combat est efficace et précis, et permet une grande flexibilité dans les missions d’attaque. Mais ce système est obsolète depuis l’apparition des avions de combat de 4e génération (Mirage 2000, F-16, etc.). 

La première boucle est réalisée par Adolphe Pégoud à bord de son Blériot XI au mois de septembre 1913, préfigurait l’art de l’acrobatie aérienne. Mais ce sont les pilotes, initiés à l’art d’évoluer dans la troisième dimension à partir de la première guerre mondiale, qui donneront naissance au vol en patrouille ! Nous ne pouvions pas aborder l’histoire de cette prestigieuse formation sans rendre un vibrant hommage aux pères de la Patrouille de France, aux aînés qui ont légué l’esprit et les traditions de la grande Dame. La Patrouille de France reçoit de nouvelles directives à partir de 1959. Désormais, la mission de la 2e escadre de Dijon, dotée de 12 Mystère IVA, est presque exclusivement dévolue à l’entraînement de la Patrouille de France.

A la demande du général de Gaulle, Président de la République, la Patrouille de France l’accompagnera lors d’une grande tournée dans les territoires de l’ex-Afrique Occidentale Française, en décembre 1959. La Patrouille visitera le Sénégal, le Mali, ainsi que le Niger. En janvier 1964, la Patrouille de France est dissoute à la suite de restrictions budgétaires. Or, l’Ecole de l’air de Salon de Provence disposait de sa propre patrouille depuis 1937. Cette « Patrouille de l’Ecole de l’air », évoluant parallèlement à la Patrouille de France, donne l’occasion à l’état-major de pérenniser la Patrouille de France.

C’est M. Pierre Mesmer, ministre des Armées, qui officialise cette « seconde naissance » en février 1964. Dès lors, la Patrouille de France stationnera sur la base de Salon de Provence et elle sera équipée d’une nouvelle flotte de onze CM 170 « Fouga Magister ». La qualité des démonstrations de la Patrouille de France lui permette déjà de rivaliser avec celles des patrouilles italiennes et anglaises.

Jean Vilain, ailier du commandant Delachenal, leader de la patrouille 1953, nous confie que « Le vol en patrouille réclamait une synchronisation parfaite jusqu’à incarner l’élégance par un vol harmonieux et majestueux ». Et aujourd’hui c’est près de 90 000 personnes ont suivit l’évolution des militaires de la patrouilles de France au salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget où les pilotes donnent un meeting les 23, 24 et 25 juin. La performance et le savoir faire de l’armée de l’air, qui demande une rigueur drastique est un véritable régal pour les yeux ! Pour arriver à toutes ces prouesses, les pilotes suivent un entrainement adapté ! Le public a d’ailleurs pu constater avec les figures effectuées le travail de ces hommes qui doivent exécuter à la seconde près les ordres données par le leader !

Il faut savoir que les avions ont entre eux que 2 à 5 m d’espace suivant les acrobaties proposées.. Alors bravo à nos pilotes de la Patrouille de France qui donnent à des jeunes l’envie de rentrer dans le corps d’armée des pilotes de l’air ! Je vous laisse donc admirer…. On ne peut faire que cela …. Paola




Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire