France – Manifestations sous haute tension





Plus de 60 000 manifestants à Paris se sont retrouvés pour manifester contre la réforme du code du travail qui va selon les syndicats favoriser le patronat…. Et quand on y regarde bien, c’est effectivement le cas ! La manifestation s’était déroulée dans le calme jusqu’à ce que des “casseurs” foutent le bordel ! La Préfecture de police a annoncé que trois individus avaient été interpellés à Paris, l’un pour jet de fumigène et les deux autres pour des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre. Un manifestant légèrement blessé au thorax a également été emmené à l’hôpital selon la même source.

    • A Paris, la préfecture évoque 24 000 manifestants, contre 60 000 selon la CGT.
    • A Marseille, la préfecture a compté 7 500 manifestants, les organisateurs 60 000. Dans la foule, noyé de banderoles CGT, on trouve même un groupe de militants FO, qui sont passés outre le mot d’ordre de leur centrale parisienne. Laurent Casanova, secrétaire général FO Transports et Logistique dans le département, affiche sans complexe sa chasuble rouge et son drapeau siglé aux couleurs de son syndicat 
    • A Lyon, la police annonçait 5 400 manifestants, les syndicats en comptaient 10 000. Mais dès le départ de la manifestation, elle a bloqué le cortège ! En effet le cortège devait démarrer à 11h30 de la Manufacture des tabacs. Deux heures plus tard, la foule n’avait guère avancé à Lyon, bloquée par les CRS quasiment dès le départ. Ces derniers se sont postés devant le cortège, obligeant la CGT à se positionner derrière. A 12h30, la foule ne s’était toujours pas élancée, les gendarmes faisant bloc à l’avant. « On ne nous empêchera pas de manifester », s’est mise à scander la CGT avant que les premiers gaz lacrymogènes ne soient lâchés. Ce qui a provoqué l’indignation des manifestants, parvenant tout juste à avancer de 200 mètres. « Du jamais vu ».
    • A Toulouse, ils étaient entre 8 000 et 16 000 selon les sources.
    • A Rennes, il y avait 4 800 manifestants selon la préfecture, 10 000 selon la CGT.
    • A Bordeaux, les différentes sources évoquaient entre 4 850 et 12 000 personnes.
    • A Nice : la manifestation a rassemblé 5 000 personnes selon les organisateurs, 2  200 selon la police.
    • Au Havre, la ville du premier ministre Edouard Philippe, la police comptabilisait 3 400 manifestants, contre 10 000 selon les syndicats.
    • A Lille, sous le soleil, c’est la foule des manifestations réussies. Au moins 10 000 personnes, estime la CGT, qui a su mobiliser sa base. Pas de lassitude visible dans les rangs, qui mélangent salariés du privé et du public, étudiants et ouvriers. Stéphane, qui bosse dans une filiale d’Engie, arbore fièrement un autocollant abîmé, «loi El Khomri, vie pourrie». Il ne lâchera rien : «Ça va être dur, mais j’espère que les Français vont se réveiller, vu qu’on est traité de fainéant.» Le mot d’Emmanuel Macron fâche. «Dans les manifs, il y a aussi des travailleurs qui payent des impôts, pas des fainéants», s’exclame Carole, 50 ans, assistante sociale. Sa collègue, Marie, enchérit : «En France, il y a une valeur travail, et elle est encore plus forte chez ceux qui descendent dans la rue pour la défendre.
    • Mais toutes les villes de France se sont mobilisées à l’appel de la CGT et à Marseille on a pu voir Monsieur Mélenchon apporter son soutient et dans d’autres villes, Monsieur Hamon et d’autres politiques qui soutiennent le monde du travail ! Il est évident que les réformes du code du travail va favoriser les puissants, les patrons seront les maîtres du monde (déjà qu’ils ont beaucoup d’avantages) mais la sécurité de l’emploi, c’est finit, les cdd à répétitions seront légions, l’indemnité licenciement plafonnée etc etc) ! Avec Emmanuel Macron c’est juste le début de la fin ! Paola




Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire