Côte d’Ivoire – Un commissariat attaqué







L’accalmie observée dans les attaques ciblées de commissariat et de Brigade de gendarmerie vient d’être rompue, depuis le samedi 14 avril 2018. En effet, des informations de sources sécuritaires font état de ce que tard dans la nuit du samedi 14 avril 2018, un commando a débarqué à la Riviera 3, précisément au commissariat de Police du 18ème arrondissement qualifié de labyrinthe par les usagers, eu égard à son difficile accès. Ce commando d’au moins trois individus s’est présenté au poste de Police non pas avec des armes, mais avec une stratégie de diversion.

En effet, ces individus qui ont dissimulé leurs armes, se font passer pour des personnes accidentées de la route, qui avaient besoin d’agents de Police pour le constat d’usage. Les policiers qui les ont reçus, s’attelaient à prendre un peu plus d’informations afin de dépêcher le cas échéant, des agents sur le lieu du sinistre, sont surpris par l’agilité des « victimes d’accident ».

Tout le monde est aussitôt maîtrisé par le commando dont les membres ont brandi des armes. Ils ont prévenu qu’un geste suspect d’un policier ou de toute autre personne sera considéré comme une déclaration de guerre, et qu’ils n’hésiteront pas à ouvrir le feu. Cette menace a pour avantage pour les membres du commando, d’avoir la situation en main. Ils ont désarmé les fonctionnaires de Police présents et ont réclamé les clés du violon. Ils ont ouvert grandement les portes et ont fait sortir des détenus qui semblaient les reconnaître, à travers le langage des signes et gestes. Avant de partir, ils ont pris soin de récupérer les chargeurs des armes des policiers, qui devraient certainement leur servir à garnir leur arsenal.

Le commando et des détenus libérés se sont engouffrés dans le quartier, et ont disparu aussitôt. L’alerte est donnée un peu plus tard, et une traque est en ce moment en cours pour mettre la main sur cette bande qui s’est agrandie avec de nouveaux membres.

L’année 2017 a été marquée par des attaques de commissariats, de Brigades de gendarmerie et de camp militaire. Dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 juillet 2017, il y a eu une attaque simultanée des camps de Korhogo (nord ivoirien) et d’Abobo. Quatre jours plus tard (19 juillet 2017), une attaque spectaculaire a été enregistrée à l’Ecole nationale de police où un commando a pris le contrôle des locaux du Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo). Le 22 juillet, la Brigade de gendarmerie d’Azaguié a, à son tour, essuyé une agression d’hommes armés. Moins d’une semaine plus tard, le 28 juillet, c’est la Brigade de Fresco qui a subi un assaut. Le 4 août, le commissariat d’Adzopé n’a pas échappé pas à la furie d’hommes armés encagoulés. Ce cycle s’est achevé par l’attaque du commissariat de Police du 34ème arrondissement d’Abobo. (Source l’infodrome)





A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire