Afrique – Parlons de l’homosexualité






L’homosexualité n’est pas une maladie, ce n’est pas non plus un choix et tout un chacun doit assumer ce qu’il est vraiment ! Comme je l’ai dit on est homosexuel ou on est pas… Alors c’est vrai qu’en pays africain c’est plutôt mal vu, c’est même un crime, mais la personne homosexuel ne choisit pas de l’être. Elle s’explique par l’épigénétique !

William Rice, de l’Université de Californie et Urban Friberg, de l’Université suédoise d’Uppsala, estiment que l’homosexualité pourrait s’expliquer par un phénomène bien connu de tous les généticiens, “l’épigénétique”. Cette théorie fait appel aux gènes, tout en contournant le problème posé par la sélection naturelle. Elle pourrait aussi expliquer plusieurs observations faites dans le passé, selon lesquelles l’homosexualité semble être plus fréquente dans certaines familles que dans d’autres, qu’elles soient africaines ou européennes !

En réalité l’homosexualité était mal vu un peu partout dans le monde, parce que cela allait dans le cerveau étroit des gens contre la nature ! Et l’épigénétique, c’est la manière dont nos gènes sont activés ou pas ! Elle varie d’un individu à l’autre, d’un âge à un autre,d’un type de cellule à un autre.

Alors si l’ADN contient notre code génétique, avec l’épigénétique, on passe un niveau au dessus puisque la manière dont nos gènes sont interprétés par nos cellules (l’épigénétique) varie, elle aussi, d’un individu à un autre, d’un sexe à un autre. 

Les gènes sont donc déterminés par la lecture qu’en fait l’organisme, par ce que ces chercheurs appellent des “epi-mark”, en Français on dirait epi-marqueurs. Appelons-les tout simplement des marqueurs. Certains de ces marqueurs sont spécifiques à un sexe et sont produits très tôt, dès le développement du fœtus. Pour ces chercheurs, tout se jouerait au niveau de ces marqueurs à un moment précis, le développement du foetus.

Explications :  Dans le ventre de la mère, le fœtus peut être exposé à d’importantes variations d’hormones androgènes, ces hormones qui provoquent l’apparition et le développement des caractères sexuels masculins. Si les fœtus masculins produisent leur propre testostérone à partir de huit semaines et sont plutôt surexposés aux androgènes, il arrive que ce ne soit pas le cas et qu’ils soit sous-exposés à ces hormones androgènes. 

De la même manière, des fœtus féminins se trouvent parfois surexposés aux hormones androgènes, alors qu’ils ne le devraient pas, sans pour autant développer chez elles des caractères masculins. Or, si cela n’est pas le cas, c’est bien parce que très tôt, dès les premières étapes du développement cellulaire du fœtus, des marqueurs épigénétiques interviennent pour les protéger de ces éventuelles irrégularités. C’est ce qui va permettre au fœtus féminin de devenir une petite fille, et au masculin d’aboutir à un petit garçon. 

À cette étape de la vie, les marqueurs hérités des parents disparaissent, mais il arrive que le hasard omette d’en effacer certains. Un phénomène qui, selon ces chercheurs, a déjà été observé dans plusieurs études. Tout se jouerait à ce moment précis, lors du renouvellement des marqueurs épigénétique du fœtus. Selon les chercheurs, le fait qu’un futur petit garçon hérite accidentellement de marqueurs de sa mère, ou la petite fille de son père, modifie la réaction de celui-là ou de celle-ci face aux androgènes. 

Ainsi, la petite fille développera certains traits masculins, et le petit garçon, certains traits féminins. Quant à savoir comment cela pourrait déterminer l’orientation sexuelle, on ne le sait pas. D’autres facteurs comme le développement du cerveau seraient impliqués. On peut donc conclure que la nature se trompe juste de corps, alors pourquoi approuver ou désapprouver une chose que les communs des mortels ne comprennent même pas. De plus demandez-vous Messieurs lorsque vous pratiquez la sodomie sur vos femmes si vous n’êtes pas un homosexuel en puissance !

 L’amour ne se commande pas c’est un fait avéré et si un homme aime un autre homme, si une femme aime une autre femme où est le crime ? Y’en a pas, ça c’est clair et net et pour moi je ne fais pas la différence parce que ce sont avant tout des êtres humains !! Il faut avoir l’esprit ouvert pour pouvoir tolérer les autres qu’elles que soient ses orientations, sexuelles, religieuses, politiques, qu’elles que soient leur couleur de peau. Paola






Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire