Cameroun – Depuis 2017 des violences au NO/SO





Des violences meurtrières ont lieu depuis 2017 dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Est au Cameroun. Dans l’Extrême-Nord, l’armée est également déployée pour combattre les djihadistes de Boko Haram qui lancent des assauts répétés depuis 2014 sur les populations camerounaises.  La crise dans la zone anglophone du Cameroun s’enlise depuis deux ans, crise que les émissaires de Paul Biya n’ont pas réussit à stopper, bien au contraire.

Pratiquement personne en a parlé, mais c’est 170 élèves, des agents de sécurité et un enseignant d’un établissement catholique Le Saint Augustin College de Kumbo qui ont été libérés dimanche 17 février dernier après leur rapt le samedi 16 février par des séparatistes en zone anglophone du Cameroun.
Après cet incident, les autorités ecclésiales ont décidé de fermer le collège. Déjà les 4 & 5 novembre 2018, c’est 81 personnes dont 79 élèves qui avaient été enlevées dans le campus du Collège presbytérien Nkwen dans la ville de Bamenda
à 80 km de Kumbo. Les élèves avaient été remis en liberté après trois jours de détention par des individus non identifiés.

Ce collège a donc été contraint de fermer ses portes après la libération, des 170 élèves et des membres du personnel qui apparemment avaient été enlevés par les ” Amba boys “, un groupe armé de sécessionnistes.
Après 24 heures de captivité  en brousse, les otages ont été libérés après ” négociation et supplication du curé de paroisse et quelques parents qui connaissent la situation “, a révélé l’évêque de Kumbo Mgr Georges Nkuo qui a exclu totalement l’intervention de l’armée car si l’armée était intervenue, il y aurait eu des morts. Déjà le 26 janvier dernier, un gendarme en poste dans cette ville a été tué au cours d’une attaque armée. Le collège catholique de Kumbo est le deuxième établissement confessionnel dont les élèves ont été enlevés dans cette région du nord-ouest du Cameroun en quelques mois.





Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire