Cameroun – Sept militaires vont être jugés pour assassinat.





Tout le monde se souvient de la vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux montrant des militaires camerounais tuer sommairement deux femmes et leurs enfants dans le Nord Cameroun. Ces hommes là non content d’exécuter ces innocents se sont filmés et la vidéo d’environ 3 minutes à fait le tour du net et suscité l’indignation des populations.

Les sept militaires camerounais, soupçonnés d’avoir exécuté sommairement deux femmes et leurs deux enfants dans le nord du Cameroun, seront jugés devant un tribunal militaire de Yaoundé pour “assassinat “, a annoncé, lundi 24 juin, le ministère de la défense camerounais. D’après le chargé de communication du ministère de la défense camerounais, la date du procès n’a pas encore été fixée.
Les chefs d’accusation retenus, sont :
– Co-action d’assassinat
-Violation de consignes
-Complicité desdits faits 
Le chargé de communication du ministère de la défense a déclaré : ” Le Cameroun ne transige pas avec les écarts de comportements relativement au droit de la guerre, au droit humanitaire, et à la protection des personnes et leurs biens “.

Dans un premier temps, Yaoundé avait nié toute implication militaire et qualifié la vidéo de ” trucage horrible ” ainsi que de ” fake ” , le gouvernement s’était par la suite rétracté, annonçant, en août 2018, l’arrestation des sept militaires dans le cadre d’une enquête ouverte après la diffusion de cette vidéo. Ce sont ces militaires là qui seront jugés devant le tribunal militaire.
Le collectif Bellingcat et Amnesty International ont mis en cause l’armée camerounaise, tandis que la BBC a retrouvé le lieu et la date des exécutions. 

En septembre 2018 et après quelques semaines, la BBC a réussi à disséquer la scène d’un crime au Cameroun sans jamais être allée sur place, à partir d’une simple vidéo non datée. Ces éléments sont désormais connus grâce à un travail quasi scientifique de BBC Eye Africa, l’unité d’enquête spécialisée sur l’Afrique de la BBC,mêlant l’utilisation de sources ouvertes en ligne (open source) et le journalisme classique d’investigation.

Il est vraiment dommage qu’à cause de certains hommes, l’armée camerounaise soit régulièrement dénoncée par des organisations de défense des droits de l’homme pour des exactions sur les différents fronts où elle est engagée. Il ne faut pas oublier qu’une armée est là pour défendre son peuple et que lorsque des horreurs comme celles -ci arrivent, c’est tout un pays qui est meurtri ! Espérons juste que le tribunal militaire fera son travail en faisant honneur aux couleurs qu’il porte. Paola





Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire