France – La grève s’étend aux urgences





Bonjour à toutes & tous, comme je suis pas vraiment en avance today, je vais entrer de suite dans le vif du sujet pour parler de la grève des urgences. En effet la dernière fois que je vous ai parlé de cette grève en juillet, c’était 154 services d’urgences qui étaient en grève, mais le mouvement s’est étendu à plus de 213 services à ce jour. Ils réclament des moyens, des lits, du personnel, enfin bref tout ce que le gouvernement promet, mais ne donne pas ou tout au moins comme il le faudrait !
Dans un discours de je ne sais plus quand et j’ai pas envie de rechercher, Emmanuel Macron a dit qu’aucun hôpitaux supplémentaires ne fermerait, tout comme les écoles, il a juste omis de dire que ce serait les services qui en pâtiraient ! Et bien évidemment la riposte du personnel des urgences ne s’est pas fait attendre !

C’est donc le 14 avril dernier dans la soirée et lundi 15 avril, que les infirmiers et les aides-soignants de quatre services d’urgence parisiens (Lariboisière, Pitié-Salpétrière, Saint-Louis, Tenon) devraient rejoindre ceux de l’hôpital Saint-Antoine dans une grève illimitée démarrée mi-mars pour demander une amélioration de leurs conditions de travail et des augmentations de salaire. Alors que la fréquentation de ces services à l’AP-HP a crû au rythme soutenu d’environ 3 % par an ces dernières années, les effectifs soignants n’ont pas augmenté en proportion.  On leur demande de faire toujours plus avec moins, ils doivent gérer vingt à vingt-cinq passages de plus par jour qu’en 2015 alors que les effectifs eux n’ont pas augmenté !  Le non-remplacement des congés maternité (soit six personnes en avril à la Pitié), sur lequel vient de revenir la direction du groupe, ou l’absence de ratio entre le nombre de patients et le nombre de paramédicaux.

Une infirmière témoigne, “On a quasiment une majorité de patients, une dizaine de patients qui sont à la queue leu leu dans les couloirs. Il n’y a plus de respect de l’intimité des patients. Plus de respect de l’intimité médicale”
Quand à la ministre de la santé, elle déclare ne pas avoir de solution miracle car pour elle d’un hôpital à l’autre les problèmes sont différents, mais on s’aperçoit en tant qu’usager c’est le gros bordel aux urgences !

Le personnel soignant et les infirmières ne peuvent pas prendre tout le monde en charge parce qu’elles n’ont pas 15 bras et qu’avant si tu passais dix à quinze minutes aux urgences avant d’être dirigé dans un service puis dans une chambre, maintenant tu attends, deux, trois, ou quatre heures et parfois plus sur un brancard ou un fauteuil si tu n’est pas vraiment une urgence ! (Fractures, trauma etc) On peut donc comprendre maintenant pourquoi on appelle les malades “patients” !! Alors je maintiens et soutiens que notre gouvernement est responsable de ce gros bordel !
Personnellement je soutiens tout le personnel hospitalier de ma région (le Maine et Loire) mais aussi tous ceux de France et de Navarre !!
J’ose espérer que tous, vous leur apporterez un soutient total ! Sur ce je vous souhaite à toutes & tous un excellent week-end. Paola




Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire