Monde – La forêt d’Amazonie brûle





Amazonie, le poumon de la terre brûle et toutes les populations mondiales sont concernées. Il y aurait actuellement 38 000 foyers d’incendie en Amazonie et 2 500 nouveaux départs de feu ont été recensés en quelques heures le 22 août.
Alors que le poumon de la terre produit 20% de notre oxygène mondial, actuellement il brûle et en brûlant il contribue au réchauffement climatique.
En effet depuis mi-août, le poumon de la planète est en proie à de gigantesques incendies.

En Sibérie également de gigantesques feux de forêt font rage depuis plusieurs semaines. Au-delà de la perte d’écosystèmes uniques, ces incendies ont un impact à court et moyen terme sur la production de CO2 et le réchauffement global de la planète tout entière. Il est encore difficile de savoir combien d’hectares ont brûlé en Amazonie, mais les départs de feu sont en augmentation de 83% par rapport à 2018, et un nuage de la taille du Mexique flotte au-dessus de la forêt. En Sibérie, ce sont 120 000 kilomètres carrés de bois qui ont brûlé en quelques mois.

Les millions d’arbres partis en fumée ne pourront plus jouer leur rôle, amplifiant doublement le réchauffement climatique. La perte de la surface boisée en Amazonie  affecte aussi l’évapotranspiration , à savoir la couche nuageuse qui modère le climat sud-américain et celui des océans. Le poumon vert  de la planète qui brûle,  ce n’est pas seulement mauvais pour le Brésil et les villes du Brésil qui sont touchées par la pollution et les pénuries d’eau, c’est un problème pour le monde  entier. Tout le monde sait ça, les arbres étaient les protecteurs de la terre…. l’écosystème est bouleversé et cela va avoir un impact sur toute la population mondiale augmentant encore plus les périodes de canicules et les périodes d’inondations.

Nos dirigeants ou plutôt les dirigeants mondiaux auraient dû s’intéresser au dérèglement climatique depuis depuis des lunes, plutôt que de s’intéresser aux profits des entreprises et de l’enrichissement des actionnaires……
Parce que faut dire un truc là, le jour où y’aura plus rien sur la terre, leur pognon va pas leur servir à grand chose !
Je vais donc terminer cet article avec les paroles du sage Geronimo :
” Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas ” !
Je vous souhaite à toutes & tous ainsi qu’aux vôtres, une excellente fin de journée. Paola




Ce contenu a été publié dans Les Mots de Paula, Monde, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire