France – La Pr Agnès Hartemann parle

Ce soir je vais terminer cette journée par un article sur la France et ses hospitaliers ! En effet, la professeure Agnès Hartemann déclare : ” Pas mal de personnes vont être à la fois touchées et choquées ” en parlant du don de jours de congés aux soignants ! Elle rajoute enfin, touchées parce que la solidarité réchauffe le coeur, mais l’hôpital attend toujours “désespérément” la “mise à niveau des salaires” promise, diabétologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

“Quand j’ai entendu cette annonce, j’ai été choquée”, a réagit Agnès Hartemann mercredi 13 mai sur franceinfo à l’idée lancée par des députés LREM qui propose de faire dons de congés en faveur des soignants, et soutenue par la ministre du Travail. Elle déclare “Pas mal de personnes vont être à la fois touchées et choquées”, estime-t-elle, “on aimerait que tous les métiers de l’hôpital soient reconnus”.

Elle reconnaît que les primes annoncées par le gouvernement vont “permettre de mettre du beurre dans les épinards pour les métiers des non-médecins”, mais elle en dénonce le côté temporaire : “les primes, les cadeaux, c’est bien, mais c’est temporaire. Ça reconnaît une mission et ça ne reconnaît pas un métier. C’est un métier fatiguant. C’est un métier où on est exposé. Il doit être reconnu pour les années à venir et pas que pour cet été”.
“Les soignants sont applaudis et reconnus pendant trois mois, on aimerait que ce soit sur les années à venir”“il y a une vraie colère qui monte”, indique Agnès Hartemann. Elle “appelle les gens qui veulent être solidaires des soignants à soutenir les demandes de reconnaissance par le salaire”.
Agnès Hartemann regrettait que le collectif inter-hôpitaux n’ait toujours pas été reçu par Emmanuel Macron, comme il s’y était engagé au début de l’épidémie !

Mais apparemment Emmanuel Macron aurait entendu son appel puisqu”il a fait une visite surprise le 15 mai à la Pitié Salpétrière, le Président a été fraîchement accueilli par des soignants qui ne “veulent pas de médaille” mais “du flouze, du pèze, de la fraîche, de l’argent”.
Puisque pour le moment on leur propose des primes de 500 à 1500€ et une médaille…..
il a été fraîchement accueilli par un syndicaliste qui s’interroge sur l’utilité de la médaille de l’engagement face aux épidémies promise par le gouvernement aux soignants : ” Vous pensez vraiment qu’on a besoin d’une médaille ? ” La réponse du président ne se fait pas attendre : ” Si vous ne la voulez pas, ne la prenez pas “

La réaction du locataire de l’Élysée fait réagir sur les réseaux sociaux et ailleurs. Pour Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles, ” il y avait cent façons de réagir, Macron a choisi la plus agacée. Une séquence de communication ruinée en quelques mots “.
Sur Twitter, les avis sont différents. Certains estimant que ” les médailles, ça compte “. D’autres déclarent qu’une médaille qui n’est pas accompagné d’une augmentation durable des salaires des soignants ne sert à rien : ” quand vous pourrez payer votre loyer avec une médaille, vous nous préviendrez

Le dialogue était plutôt musclé et Emmanuel Macron s’est défendu en déclarant vouloir  mettre fin à la paupérisation des personnels soignants et a promis que l’État sera au rendez-vous pour investir .
La CGT réclame 300 € d’augmentation et la CFDT une  reconnaissance pérenne par la revalorisation de la grille salariale dans tous les métiers. On verra si cette fois le Chef de l’Etat tiendra ses engagements, mais perso j’ai franchement de gros doutes, car ça fait plus de deux ans que les hospitaliers réclament des hausses de salaires, plus de lits, plus de personnels et moins d’hôpitaux qui ferment !!
Sur ce je vous souhaite une bonne fin de journée ainsi qu’une douce soirée !
Paola

Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire