Zimbabwe – Les fonctionnaires contraints de choisir entre vaccination ou démission

Bonjour à toutes et tous, nous allons commencer les nouvelles aujourd’hui par le Zimbabwe. Les 300.000 fonctionnaires du pays, dont 100.000 enseignants, devront se faire vacciner contre le Covid-19 s’ils veulent continuer de travailler

Dans sa lutte contre la propagation du coronavirus, le Zimbabwe a décidé de sévir. Le gouvernement a annoncé mardi qu’il allait contraindre les fonctionnaires, dont les enseignants, à démissionner s’ils ne se font pas vacciner, afin d’augmenter le nombre de vaccinations dans le pays.

« Si vous êtes employés par le gouvernement, pour la protection des autres et de ceux que vous servez, faites-vous vacciner », a déclaré le ministre zimbabwéen de la Justice, Ziyambi Ziyambi, sur une radio locale. « Mais si vous voulez faire valoir vos droits » à ne pas être vacciné, « vous pouvez démissionner », a-t-il ajouté.

De très longues files d’attente

Ce pays d’Afrique australe a déjà rendu obligatoire le vaccin pour se rendre sur les marchés, dans les salles de sport, les restaurants  et les examens universitaires. Certaines entreprises privées ont également obligé leurs salariés à se faire vacciner. Ces mesures ont déclenché l’indignation chez certains, mais aussi engorgé les centres de vaccination, pauvrement approvisionnés et devant lesquels il n’est pas rare de voir des files d’attente se former dès 4 heures du matin pour tenter d’avoir une dose. Le Congrès des syndicats du Zimbabwe a contesté en août devant la justice la vaccination obligatoire de salariés.

Le Zimbabwe compte environ 300.000 fonctionnaires, dont 100.000 enseignants. A peine plus de 2,7 millions des 15 millions d’habitants ont jusqu’ici reçu une première dose de vaccin. Le pays a enregistré plus de 125.600 cas de Covid-19, dont 4.490 décès, depuis le début de la pandémie. Le Zimbabwe a jusqu’ici dépendu des approvisionnements en vaccins produits en Chine, Inde et Russie, mais a récemment approuvé en urgence ceux du laboratoire américain Johnson & Johnson. (Source : 20 Minutes)

Comme vous le voyez chers(es) amis(es) la dictature sanitaire se renforce dans certains pays et je ne crois pas que ce soit une bonne chose, forcer les gens à faire des choses contraire à leurs convictions ne peut rien donner de bon, il est évident que malgré ce qui est rapporté, l’Afrique est un des pays le moins touché par la pandémie et il serait plus judicieux d’user de diplomatie afin de convaincre les populations à se vacciner.
La vaccination doit être un choix et l’imposer est contraire à la plupart des constitutions.
Je reviens vers vous dans la journée afin de parler de l’évolution de la pandémie en Afrique.
Voilà chers(es) vous tous, ce sera tout pour aujourd’hui, je vous souhaite donc une bonne journée pour vous et les vôtres.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire