Monde – La véritable histoire du premier mai


Bonjour à toutes & tous, amis(es) du monde… Pour commencer cette nouvelle semaine qui commence donc le 1er mai, je vais vous raconter la véritable histoire du 1er mai. En France la fête du 1er mai se confond avec la journée internationale des travailleurs !
Cette fête internationale instaurée à l’origine comme journée annuelle de grève pour revendiquer la journée de huit heures, qui devint au 20 ème siècle une journée de célébration des combats des travailleurs.
Elle est célébrée le 1er mai dans de nombreux pays du monde et est l’occasion d’importantes manifestations du mouvement ouvrier.

Cette journée est souvent un jour férié. Elle est parfois associée à d’autres festivités ou traditions populaires. Les premières célébrations de “fêtes du travail” existent dès la fin du 18ème siècle, leurs dates varient selon le lieu et les époques.
En France, dès 1793, le calendrier républicain de Fabre d’Églantine proposait une fête du Travail au 3ème jour des sans culottides.
Cette journée des travailleurs fut instituée au 1er pluviôse (20 janvier) par Saint-Just, et fut célébrée pendant quelques années.
En 1867, au familistère Godin de Guise naît une fête du travail, alors que Jean-Baptiste André Godin venait tout juste d’achever la rédaction de Solutions sociales. La date de la manifestation est fixée au 5 juin ; elle est toujours célébrée aujourd’hui. Sur la photo ci-dessus c’est une manifestation du 1er mai 1891, réprimée une nouvelle fois par les forces de l’ordre !!

La première proposition de Labor Day serait due, selon le département du Travail des États-Unis, à Peter J. McGuire, secrétaire général de la Confrérie des charpentiers et des menuisiers avec l’aide d’un cofondateur de la Fédération américaine du travail (American Federation of Labor ou AFL), afin d’honorer “Ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons”. Les ouvriers new-yorkais manifestèrent pour la première fois le mardi 5 septembre 1882. De l’hôtel de ville à la place des syndicats, 10 000 ouvriers marchent, inaugurant le tout premier défilé de la fête du Travail.

Que ce soit en France, aux États-Unis ou ailleurs, la fête internationale telle qu’elle est célébrée de nos jours tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures, à la fin du 19ème siècle. Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884 les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1er mai, date du moving day parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l’ouvrier devant déménager (d’où le terme de moving day) pour retrouver du travail.
La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.

À Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le , une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la  société McCormick Harvester. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort.

En France dès 1890, les manifestants du 1er mai ont pris l’habitude de défiler en portant à la boutonnière un triangle rouge.
Celui-ci est remplacé quelques années plus tard par la fleur d’églantine, reprenant mais on est pas sur les coutumes de l’arbre de mai.
En 1907, à Paris, le muguet remplace l’églantine reprenant une ancienne coutume remontant à la renaissance, du temps de Charles IX et qui consistait à offrir le muguet de mai. Le muguet est alors porté à la boutonnière avec un ruban rouge.
A partir du 20ème siècle il devient donc habituel à l’occasion du 1er mai d’offrir un brin de muguet, symbole du printemps en Ile de France.
Aujourd’hui, une tolérance de l’administration fiscale dans certaines communes permet aux particuliers et aux organisations de travailleurs de vendre les brins de muguet sans formalités ni taxes sur la voie publique en respectant toutefois les autres obligations légales (il s’agit par exemple de muguet du jardin ou des bois et non pas de muguet acheté, sinon ce serait de la revente). Voilà mes amis(es) les grandes lignes du 1er mai qui est un jour chômé et payé depuis 1946 et devenu férié en avril 1948….
C’est aussi le jour où les réunions syndicales manifestent en de grands défilés accompagnés par des travailleurs de toutes corporations… 

Le 1er mai revêt aussi la couleur du printemps et le muguet étant la fleur du printemps, cette petite fleur est devenue l’emblème du renouveau et elle aurait le pouvoir de porter bonheur à tous ceux qui le portent à la boutonnière…
Alors très bon 1er mai mes amis(es) du monde, offrez du bonheur autour de vous et n’oubliez pas que les jours fériés, chômés et payés l’ont été grâce aux combats des travailleurs dans le monde entier ! 
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété ni celles du site. Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Les Mots de Paula, Monde, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire