En Algérie les migrants





Le président de la commission des droits de l’homme considère que leur présence expose les Algériens « au risque de propagation du sida ». Des propos qui surviennent dans un contexte de tensions vis-à-vis des migrants subsahariens. C’est la petite phrase qui jette un grand malaise sur l’Algérie tout en sachant très bien que le Sida ne se propage pas dans l’air !!! telechargement-57

Il y a une semaine, la ministre de la condition féminine provoquait un tollé en appelant les femmes mariées et cadres de l’Etat à redonner leur salaire pour soutenir l’économie au motif qu’elles ont des époux pour les faire vivre. Lundi 5 décembre, c’était au tour de Farouk Ksentini, avocat et président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme, d’indigner sur les réseaux sociaux en stigmatisant, cette fois, les migrants subsahariens. 

Les propos de M. Ksentini ont d’autant plus choqué qu’ils interviennent au moment de vives tensions vis-à-vis des migrants subsahariens vivant en Algérie. Déjà fin novembre, des affrontements avaient éclaté dans le quartier de Dely-Brahim, en périphérie d’Alger, entre riverains et étrangers. Les 1er et 2 décembre, plus de 1 400 migrants (hommes, femmes, enfants), ont été arrêtés avant d’être envoyés par bus à Tamanrasset, à l’extrême sud, d’où certains ont commencé à être expulsés, depuis mercredi 7 décembre.

5044701_6_35d9_une-migrante-subsaharienne-le-29-mai-2016-a_bb78e42743100bd9a09f280d11c7668cSouvent originaires d’Afrique de l’Ouest, les migrants subsahariens sont plusieurs dizaines de milliers en Algérie – jusqu’à 100 000 selon les associations –, devenue une étape sur la route de l’Europe. Les hommes travaillent souvent sur les chantiers de construction. En situation irrégulière, , ils vivent dans des conditions très dures, et subissent un racisme répandu. Depuis 2012 et l’éclatement du conflit au nord du Mali, l’Etat algérien n’avait pas expulsé de Subsahariens, à l’exception de citoyens nigériens conformément à un accord signé avec Niamey.

telechargement-58Alors il est temps que cela s’arrête, si les guerres n’existaient pas, si les chefs d’états faisaient leurs jobs, si la vente des armes étaient interdites, si les frontières étaient plus contrôlables, de telles dérives n’existeraient pas… Et puis certaines personnes tentent leurs chances ailleurs comme beaucoup d’entre nous pendant la guerre de 100 ans, ou la guerre d’Espagne, ou encore celle de 14/18 ou de 39/45… Certains de nos aïeux ont été heureux qu’on leur tende la main et ont pu se faire une place au soleil, alors pourquoi pas eux !!! Paula




Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire