Niger – Des djiadistes tués par l’armée





Le 30 décembre 2018, L’armée nigérienne et la force française Barkhane ont tué une quinzaine de djihadistes dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’ouest du Niger à la frontière avec le Mali, ont annoncé le ministère nigérien de la Défense et l’état-major des armées françaises. Un détachement de l’opération militaire nigérienne Dongo et un détachement de la force Barkhane ont mené une opération conjointe de grande envergure. Côté ennemis, quinze terroristes ont été neutralisés, a indiqué le ministère nigérien dans un communiqué lu samedi soir à la télévision d’État du Niger.

L’opération a été menée au nord-ouest de Tongo Tongo, dans la région de Tillabéri, où quatre soldats américains et cinq soldats nigériens avaient été tués en octobre 2017 dans une attaque terroriste, a-t-il souligné. Les djihadistes, qui s’étaient regroupés en plusieurs points près de la frontière malo-nigérienne, ont d’abord été la cible d’un raid aérien combiné de chasseurs et d’hélicoptères Tigre, a précisé l’état-major des armées françaises sur sa page Facebook.

Des soldats nigériens et des éléments de Barkhane, notamment des commandos parachutistes et de montagne, se sont ensuite « emparés des différentes positions » avant de procéder à une « fouille complète de toute la zone pendant les 48 heures qui ont suivi ». Des hélicoptères français ont « appuyé les troupes au sol pendant toute la manoeuvre », a ajouté l’état-major. Aucune perte en vies humaines ou matérielle n’est à déplorer côté nigérien et français, a assuré le ministère nigérien.

Des djihadistes tués, des armes récupérées
Au total, une quinzaine de djihadistes ont été « mis hors de combat », c’est-à-dire tués, selon la terminologie militaire, une « vingtaine de motos récupérées » et 26 armes, dont des mitrailleuses, ainsi que des munitions, saisies, a-t-il précisé. Il s’agissait « vraisemblablement » de membres du groupe « État islamique dans le Grand Sahara » (EIGS), a précisé le porte-parole de l’état-major des armées françaises, le colonel Patrik Steiger, à l’AFP. « Un exemple d’opération conjointe réussie à l’ouest du Niger », s’est félicitée la ministre française des Armées Florence Parly dans un tweet. La montée en puissance des armées du G5 Sahel se poursuit », a-t-elle ajouté en référence aux soldats nigériens, l’une des cinq composantes de la force mise en place par les pays de la région (Niger, Mali, Tchad, Burkina Faso, Mauritanie) pour tenter de sécuriser leurs frontières.

Il s’agissait toutefois d’une opération strictement franco-nigérienne qui n’a pas associé la force anti-djihadiste conjointe du G5 Sahel. Cette force, qui suscite beaucoup d’attentes, a subi un coup d’arrêt brutal après l’attaque de son QG le 29 juin au Mali et doit reprendre ses opérations au début 2019. Au Niger, la France possède une base sur l’aéroport de Niamey à partir de laquelle des avions de chasse et des drones (non-armés) opèrent. Dans le cadre de l’opération Barkhane, les forces françaises disposent aussi d’une base à Madama, dans le nord nigérien. Le Niger a également permis la construction d’une importante base américaine de drones à Agadez (nord), dont le coût est estimé à une centaine de millions de dollars, et qui donne aux États-Unis une plate-forme de surveillance de premier plan. (Source Ouest France)





Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire