Cameroun – La crise anglophone devant le conseil de sécurité





Cameroonian army soldiers secure the perimeter of a polling station in Lysoka, near Buea, southwestern Cameroon, on October 7, 2018 during presidential election. – Polling station officials, under heavy armed escort deployed in the deserted deep outskirts of Buea to try to set up polling stations but decided against it due to the level of insecurity. (Photo by MARCO LONGARI / AFP)

Bonjour à toutes & tous, ce midi nous allons parler du Cameroun, car comme vous le savez tous, la crise qui dure depuis octobre 2016 ne fait que de s’amplifier, à cause du gouvernement en place où les émissaires de Paul Biya ont été incapables d’aplanir le fond du sujet et également à cause des interventions de Boko Haram qui prend de l’ampleur et font des morts.
Aussi, à la demande des Etats-Unis, le conflit séparatiste qui sévit dans les deux régions occidentales du pays devait être abordé aux Nations unies hier lundi.
Pour la première fois depuis son éclatement en octobre 2016, la crise qui sévit dans régions anglophones du Cameroun sort de son huis clos domestique pour être abordée dans une enceinte internationale.

Il faut aussi reconnaître que c’est également une crise humanitaire sans précédent alors la réunion a été portée par les Etats-Unis avec l’appui du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la République dominicaine. Comme Paris, Washington est un allié stratégique de Yaoundé, surtout pour lutter contre Boko Haram, la diplomatie américaine exprime à voix haute son inquiétude sur le conflit qui prévaut entre des groupes sécessionnistes et les autorités camerounaises dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Au Palais d’Etoudi, Paul Biya se repose sur les appuis étrangers tout en martelant une rhétorique nationaliste, d’autant plus que le mois dernier, le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines avait été fraîchement accueilli à Yaoundé après avoir demandé la libération de l’opposant Maurice Kamto, qui rappelons-le est arrivé second dans la course aux élections présidentielles et qui aurait surement gagné ces élections là si les magouilles ne s’étaient pas enclenchées à tout va, tel que bourrer les urnes ou acheter le peuple maintenu dans la pauvreté par une boite de sardines et une baguette de pain !

Un proche du chef de l’état à déclaré : ”  La situation au Sud-Ouest et au Nord-Ouest ne menace en rien la paix et la sécurité internationale. Il y a des gens qui s’ennuient, dont la mission est de distiller le pessimisme et l’anxiété à haute dose dès qu’il s’agit de l’Afrique ” ! Mais tout le monde le sait, la diplomatie n’étouffe pas Biya et ses proches qui à mon avis ne reculeront devant rien pour se maintenir au pouvoir. Néanmoins, Paul Biya est sur la sellette et je doute que sa position actuelle soit confortable d’autant plus que le parlement européen avait voté le 16 avril une résolution déplorant notamment  la violence et la discrimination à l’encontre de la communauté anglophone, sans compter les humiliations en tous genres. Espérons que tout cela fera bouger les choses pour que cette guerre fratricide cesse et que les camerounais(es) puissent vivre en paix !
Sur ce je vous souhaite à toutes & tous une très bonne journée. Paola





Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire