France – Ce qui change en cette rentrée





Bonjour à toutes et tous, ce matin et une fois n’est pas coutume, je vais commencer les articles par la France.
En effet c’est la rentrée scolaire et ici, la rentrée scolaire s’accompagne de son lot de nouvelles mesures qui entrent en vigueur. 
Comme chaque début de mois, septembre annonce l’entrée en vigueur de plusieurs mesures, dont certaines auront un impact direct sur le portefeuille des Français. Fin de la Sécurité sociale étudiante, école maternelle obligatoire, prime à la conversion revue à la baisse et prix du gaz…

La fin de la Sécurité sociale étudiante

Les étudiants qui sont encore affiliés à une mutuelle seront automatiquement rattachés au régime général de l’assurance-maladie à partir du 1er septembre. L’année dernière, la cotisation forfaitaire de 217 euros avait été abrogée pour tous les étudiants et l’inscription à la Sécu étudiante abrogée pour les nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur. Cette année, tous vont basculer “automatiquement et gratuitement” au régime général, a détaillé la Caisse nationale d’assurance-maladie. Le gouvernement a estimé que la qualité de service était “insuffisante” pour des “coûts de gestion élevés”. Fin 1948, à sa création, la Sécu étudiante prenait en charge un peu plus de 100 000 personnes. Ce chiffre a atteint 2,7 millions ces dernières années.

L’école maternelle obligatoire à 3 ans

L’instruction devient obligatoire dès 3 ans. L’abaissement de l’âge de scolarisation obligatoire est la mesure phare du projet de loi “pour une école de la confiance” du ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer. Avant cette réforme, les enfants de moins de 6 ans n’étaient pas tenus d’être scolarisés. Si, dans les faits, 98% des enfants allaient à la maternelle à cet âge, c’est un enjeu majeur pour certains territoires, comme Mayotte ou la Guyane. D’autres changements sont attendus pour la rentrée scolaire.

La prime à la conversion revue à la baisse

La hausse des demandes de prime à la conversion, pour passer à un véhicule électrique, coûte trop cher à l’Etat. A partir du 1er septembre, les conditions d’obtention de cette prime seront restreintes : les véhicules diesel immatriculés avant le 1er septembre 2019 ne peuvent plus profiter de la prime lors de l’achat. Il s’agit d’un énième durcissement d’accès à cette prime après plusieurs restrictions durant l’été. En août déjà, les conditions pour l’obtention de la prime à la conversion s’étaient renforcées. Ainsi, les acheteurs de voitures électriques mais de plus de 60 000 euros ne peuvent plus bénéficier de l’aide, et le montant de la prime est désormais calculé en fonction du revenu fiscal de référence. Un site du gouvernement permet de savoir si vous êtes éligibles à la prime.

Le taux de prélèvement à la source réévalué

Le taux de prélèvement à la source sera réévalué pour les contribuables dont les revenus ou la situation familiale ont évolué. Le taux nouvellement calculé sera automatiquement transmis à l’employeur et effectif jusqu’au mois d’août 2019.
Durant l’été, trois millions de foyers ont touché leur crédit d’impôts  a posteriori.

Les prix du gaz en baisse

Bonne nouvelle pour les quelque 4,5 millions de foyers qui se chauffent et cuisinent au gaz. Le prix du gaz est de nouveau en baisse au mois de septembre 2019 : après une diminution de 0,5% en août, les tarifs vont baisser de 0,91% en moyenne en septembre. Pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, la baisse effective sera de 0,2%. Ceux qui ont un double usage (cuisson et eau chaude), verront leur facture s’alléger de 0,5% et ceux qui utilisent le gaz pour se chauffer, d’1%. C’est la sixième baisse consécutive des tarifs du gaz. Les tarifs réglementés, c’est-à-dire fixés par les pouvoirs publics en dehors du marché du gaz, sont appelés à disparaître : ils ont été jugés contraires au droit européen par le Conseil d’Etat, et le gouvernement a ainsi prévu d’y mettre fin progressivement d’ici au 30 juin 2023.

Le passe Navigo gratuit pour les enfants et personnes en situation de handicap

La décision du Conseil de Paris de rendre gratuits les transports en commun pour les enfants de moins de 12 ans et les personnes en situation de handicap de moins de 20 ans entre en vigueur le 1er septembre.
Quelque 160 000 enfants scolarisés en maternelle et primaire sont concernés. Les familles pourront demander le remboursement via un formulaire en ligne. Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, avait salué une “bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des familles et pour l’environnement” lors du vote de cette mesure en juin dernier.
Une mesure identique a été votée pour les personnes en situation de handicap âgées de moins de 20 ans. 

Pour les collégiens et lycéens domiciliés à Paris, un passe “imagine R” leur permet de voyager sur le réseau à moitié prix, et 50% du coût leur sera remboursé via un formulaire en ligne également. Les jeunes âgés de 14 à 18 ans vivant dans la capitale et abonnés imagine R ou Navigo bénéficieront d’un abonnement Vélib’ intégralement pris en charge par la municipalité. Depuis juin 2018, les seniors avec peu de moyens et les adultes en situation de handicap peuvent également voyager gratuitement en transports en commun.(Source France info)

Encore une fois toutes ces mesures ou une bonne partie de ces mesures concernent Paris, mais pour la province pas grand chose en vue, mais soyez sure d’une chose, ce qu’on vous donne d’une main, ils le reprendront d’une autre et ce de n’importe quelle façon !
Je vous souhaite un très bon début de semaine et un très bon lundi, qu’il vous soit remplit de positivité et je dis très bonne rentrée à tous les élèves surtout les tous petits bouts de choux.
Prenez soin de vous ! Paola




Ce contenu a été publié dans France, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire