Niger – Des chefs traditionnels assassinés

Bonjour à toutes & tous. Ce matin nous allons commencer par des nouvelles du Niger. En effet, de plus en plus des chefs de villages sont assassinés par des djihadistes dans le nord de la région de Tillabery, frontalière du Mali.
Ces représentants de l’autorité sont sans défense depuis le début de l’insécurité. Traqués par l’armée, les djihadistes se vengent sur les paisibles populations en tuant et brûlant leurs cases.

Ce sont cinq chefs traditionnels qui ont été tués en trois jours par des djihadistes présumés dans le sud-ouest du Niger, près de la frontière malienne, dans la région de Tillabéri en proie aux attaques djihadistes, ont indiqué samedi un député et des villageois. ” Ces cinq chefs de village de la région de Tillabéri (ouest) ont été tués entre jeudi et samedi dernier par des hommes armés. Ils les ont assassinés aussitôt qu’ils les ont enlevés”, a expliqué le député de Tillabéri sous couvert de l’anonymat.

Des villageois ont confirmé les propos du député en déclarant :
” Jeudi dans la nuit trois chefs ont été tués et aujourd’hui samedi nous venons d’apprendre que deux autres viennent d’être tués, ce qui fait cinq chefs de village tués.
” Dans la nuit de jeudi à vendredi, des assaillants sont venus entre 4h et 7h du matin heure locale, et ont tué les deux chefs de Tchémoubongou et Zaroum-Daray, puis ont enlevé trois personnes dans d’autres villages dont des chefs “, a indiqué vendredi soir un villageois.
” Nous pensons qu’ils s’en prennent désormais à tous ceux qui ne veulent plus collaborer avec eux “, a-t-il ajouté.

Pour être plus clair, la stratégie de l’Etat islamique dans le Grand Sahara est d’en finir avec la chefferie traditionnelle qui a une grande influence au Niger dans les zones frontalières. C’est une façon de vider la zone de la présence effective de l’Etat à travers cette représentation pour s’installer et imposer sa loi.
Le 13 novembre, Ali Maïnassara, chef du village de Boni, du département d’Ayérou (Tillabéri), a été assassiné après avoir été enlevé par des ravisseurs armés, selon ses proches. D’après les forces sécuritaires, entre avril et juillet 2019, c’est au moins trois chefs traditionnels et quatre responsables touaregs ont été tués dans des attaques attribuées à l’EIGS.

Je pense qu’il est temps que toutes ces tueries cessent et que les gouvernements en place se coalisent afin d’éradiquer une bonne fois pour toutes le terrorisme dans les pays du Sahel, ils savent qu’ils peuvent avoir l’appui des autres nations, mais pour cela ils doivent en faire la demande. Les troupes étrangères ne peuvent pas prendre parti sans une demande express du pays en péril !
Je vous retrouve plus tard et je vous souhaite à toutes & tous une excellente journée de mardi.
Paola

Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire