Cameroun – Malgré la décision d’exonération, les hôteliers doivent reverser la taxe de séjour collectée

Dans le cadre des mesures de soutien à l’économie frappée par la crise sanitaire du coronavirus, le gouvernement camerounais a décidé le 30 avril dernier, entre autres, de l’exonération de la taxe de séjour dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration qui enregistre des fermetures. Ceci à compter du mois de mars et pour le reste de l’exercice 2020.

Seulement, l’administration fiscale, à travers sa tutelle, le ministre des Finances (Minfi), ne va pour autant pas renoncer à toute cette manne financière. En effet, dans une circulaire signée le 13 mai dernier, Louis Paul Motaze, le Minfi, a précisé que, « dans le cas où la taxe de séjour a été effectivement collectée à partir du 1er mars 2020, celle-ci doit être reversée, et demeure définitivement acquise au trésor dans la mesure où il s’agit d’un impôt sur la consommation qui est supporté par le client ». Le ministre ajoute : « la mise en œuvre de cette mesure est immédiate. Elle fera l’objet de régularisation ultérieure par voie d’ordonnance ou dans une loi de finances ».

En vue de soutenir les établissements d’hébergement, classés ou non, le gouvernement camerounais a décidé de l’exonération de la taxe de séjour pour les trois derniers trimestres de l’exercice 2020. Ainsi, ces établissements, redevables légaux de cette taxe, ne doivent plus inclure ladite taxe dans les factures adressées à leurs clients pour la période visée.

Sylvain Andzongo (Source Investir au Cameroun)

Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire