Nigeria – Au Biafra quarante ans après la guerre, le sang coule toujours

Le drapeau de la république du Biafra reste le symbole de l\'indépendance du peuple Igbo, cinquante ans après la guerre civile.
Le drapeau de la république du Biafra reste le symbole de l’indépendance du peuple Igbo, cinquante ans après la guerre civile. (STEFAN HEUNIS / AFP)

Bonjour à vous amis(es), lectrices & lecteurs du site, je vais commencer aujourd’hui en partageant avec vous un article de France-Télévisions.
Au moins 5 morts sont à dénombrer lors d’une intervention de la police contre un mouvement indépendantiste à Enugu, capitale de la région du Sud-Est. 
Le 23 août, les policiers sont intervenus pour faire cesser un rassemblement du principal mouvement indépendantiste, le Mouvement indépendantiste pour les peuples autochtones du Biafra (IPOB), dans une cité scolaire à Enugu, la ville principale de la région du Sud-est, au cœur du Biafra.
Le bilan de l’opération varie selon les sources. Alors que les autorités nigérianes annoncent la mort de deux policiers, selon d’autres sources trois militants auraient également trouvé la mort.

Pour un Biafra indépendant

Mais le compte serait bien plus élevé selon l’IPOB, qui dans un communiqué annonce la mort de 21 personnes et l’arrestation de 47 de ses membres.
Officiellement, le Biafra n’existe plus, disparu de 1970. Depuis ce terrible conflit qui allait ravager cette région du sud-est du Nigeria. La guerre a fait au moins un million de morts et a bouleversé la planète entière par ces images d’enfants squelettiques  mourant de faim.
Au Nigeria 50 ans plus tard, aucune cérémonie n’a commémoré l’anniversaire de cet épisode tragique de l’histoire du pays. Un silence peu étonnant car les motifs du conflit, à savoir la déclaration d’indépendance de cette région, sont toujours vivaces. Et rappeler cette guerre serait comme souffler sur les braises.

Répression

Aussi, depuis des années, le pouvoir d’Abuja tente de museler les mouvements indépendantistes de la région.
L’IPOB dénonce régulièrement les arrestations de ses membres et parle d’acharnement à l’encontre du peuple Igbo. Fondé en 2013, le mouvement a été classé par le pouvoir nigérian “organisation terroriste ” en 2017.
“Nous sommes pacifiques. Nous ne menons aucune guerre”, a déclaré un responsable de l’organisation au Guardian Nigeria.

Un étrange leader

La communication de l’IPOB joue beaucoup de la victimisation. Confondant à dessein son mouvement et le peuple Igbo tout entier, dont il serait l’exclusif représentant. Son leader, Nnamdi Kanu, est un personnage très singulier, comme il ressort de ce portrait publié par Le Point. Un homme aux multiples facettes, gourou mythomane qui n’hésite pas à prêcher la guerre pour libérer un pays où il a peu vécu. Kanu évoque d’hypothétiques ramifications avec le peuple juif, peut-être pour s’identifier à leur tragique histoire.
En fait, au-delà d’IPOB, tous les mouvements politiques du sud-est, y compris les plus modérés, revendiquent une meilleure reconnaissance pour le peuple Igbo, troisième groupe ethnique du Nigeria, qui peuple la région du Biafra. Un mélange de griefs économiques et politiques, anciens et récents.
Il y a bien sûr le souvenir amer de la guerre d’indépendance perdue. Mais, au-delà, les habitants du sud-est se sentent marginalisés au regard du reste du pays fédéral, comme devant expier à jamais cette volonté d’indépendance qui a conduit à la guerre en 1967.

Partage du pouvoir

Pour certains, cette reconnaissance passerait par l’élection d’un président nigérian issu de la région, ce qui n’a jamais été le cas depuis l’indépendance. Car au Nigeria, afin d’apaiser les conflits entre le nord musulman et le sud chrétien, les politiciens appliquent une loi non écrite d’alternance. Chacun des deux grands partis du pays présentant alternativement un candidat du Nord, puis un du Sud. Un système dont n’a jamais bénéficié le Biafra, toujours privé de présenter un candidat. Même les plus modérés le réclament. Ainsi, un ancien président du Parti démocratique populaire (PDP), le Dr Okwesilieze Nwodo, a déclaré que “la nation Igbo exigerait la sécession du Nigéria si la zone géopolitique du Sud-est n’était pas autorisée à produire le président en 2023”, rapporte Observers Times.
Cela suffira-t-il à calmer la région ? Rien n’est moins sûr. Au delà du politique il reste l’économique et le social. Or le partage des richesses du pays, au nord comme au sud, reste le chantier toujours inaccompli du Nigeria.
(Source : Jacques Deveaux  – Rédaction Afrique – France Télévisions -Mis à jour le 25/08/2020 | 10:43 – publié le 25/08/2020 | 10:43 )

Comme vous pouvez le constater, à la lecture de cet article, on constate que dans certains pays africains la démocratie est inexistante et la paix n’est pas prête à s’installer.
Vous pouvez laisser vos commentaires ici sur le site (tout est gratuit) ou sur vos réseaux sociaux où sont partagés les articles de notre site.
Sur ce je vous souhaite une agréable journée de mercredi remplie de choses positives .
Prenez soin de vous et des personnes que vous aimez.
Paola

Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire