Afrique – Juste un peu d’histoire

Bonjour à toutes & tous, nous allons commencer ce mercredi avec un tout petit peu d’histoire, celle dont personne ne parle.
De tous temps, tous les pays du monde se sont fait la guerre pour X ou Y raison, par intérêt politique, pour des accords commerciaux non conclus, pour agrandir des territoires, ou tout simplement pour soumettre un peuple à un autre, ou plutôt les dirigeants des dits-pays, parce qu’il faut bien l’avouer, la plupart du temps les guerres sont décidées par des hommes qui se connaissent et mettent en scène des gens qui se connaissent pas et s’entre-tuent quand même !
Alors pour la petite histoire, c’est par ici 👇👇👇

06 juillet 1836 : Algérie – Bataille de Sikkak.
La bataille de la Sikkâk oppose le 6 juillet 1836 en Algérie, sur les bords de la Sikkâk, affluent de la Tafna, les troupes françaises conduites par le général Bugeaud aux combattants de l’émir Abd el-Kader.
Dans le contexte précédent là, c’est est un épisode de la conquête de l’Algérie par la France, qui a lieu alors que le gouverneur général est le général Clauzel. 
Elle va mettre un frein sévère au rêve d‘Abd el-Kader de créer un empire musulman en Oranie d’abord puis dans l’ex régence d’Alger.
L’histoire :
Occupé à préparer une expédition contre Constantine, le général Clauzel confie à Bugeaud la mission de contrôler Abd el-Kader ; il s’agit de la première intervention de Bugeaud en Algérie.
Le 6 juin 1836 arrivent à la Tafna trois vaisseaux, le Nestor, le Scipion et le ville de Marseille d’où débarquent le général Bugeaud et trois régiments d’infanterie de ligne à deux bataillons : les 23e, 24e et 62e.
Avec ceux-ci, il dispose d’un bataillon du 47e de ligne, de deux bataillons du 17e d’infanterie légère d’un goum d’auxiliaires musulmans sous les ordres de Mustafa ben Ismaïl et des coulouglis (issus de père Turc et mère Maghrébine) de Tlemcen sous les ordres du capitaine Cavaignac.
Déroulement de l’histoire :
Le 6 juillet à trois heures du matin, la colonne Bugeaud se met en marche pour venir passer l’oued Sikkâk à gué mais avant la fin de cette opération, elle voit arriver sur ses arrières la cavalerie de Ben Nouna, un des fidèles d’Abd el Kader.
Contre celle ci, Bugeaud envoie les Douaïrs de Mustafa ben Ismaïl, un escadron de chasseurs d’Afrique et un bataillon du 24e de ligne avec pour mission de contenir cette cavalerie si possible à l’est du Chabet Slimane.

06 juillet 1964 : Malawi – Indépendance du Malawi
Des trois territoires qui la composaient, la Rhodésie du Nord devient indépendante sous le nom de Zambie en 1964, et un deuxième territoire, le Nyassaland, accède à l’indépendance sous le nom de Malawi le 6 juillet 1964.
Le Malawi devient membre entièrement indépendant du Commonwealth.
Des peuples bantouphones s’installent dans la zone entre le ier et le ive siècle apr. J.-C.5 Progressivement, jusque vers 1200, le mode de vie bantou se développe, travail du métal et culture sur brûlis notamment. L’identité de ces premiers habitants bantouphones est incertaine. Selon la tradition orale, des noms tels que Kalimanjira, Katanga et Zimba leur sont associés. Une seconde vague de peuplement bantoue, venue du nord, débute au xiiie siècle et s’étend jusqu’au xve siècle. Ce sont les débuts de l’histoire écrite, grâce à la consignation en anglais et en portugais des traditions orales

06 juillet 1967 : Nigéria – Début de la guerre du Biafra.  
La guerre du Biafra est une guerre civile au Nigeria qui s’est déroulée du 6 juillet 1967 au 15 janvier 1970 et a été déclenchée par la sécession de la région orientale du Nigeria, qui s’auto-proclame République du Biafra sous la direction du colonel Ojukwu.
Le blocus terrestre et maritime du Biafra par les troupes gouvernementales provoque, dans la région, une famine qui aurait entraîné la mort d’un à deux millions de personnes.
Cette guerre est largement couverte par les médias étrangers, d’autant que le photojournalisme est en plein essor, et expose aux populations occidentales le dénuement du tiers monde. 
Une des conséquences de cette guerre est l’évolution de la doctrine de l’aide humanitaire qui prône la médiatisation intense du conflit et une ingérence directe pour venir en aide aux réfugiés, matérialisée par la fondation en 1971 de l’organisation caritative d’origine française Médecins sans frontières.

Voilà mes chères lectrices & lecteurs, ce passage d’histoire aussi intéressant que ludique.
Perso j’aime bien l’histoire je trouve qu’elle nous permet de mieux comprendre certaines décisions prises par les anciens, mais aussi d’apprendre à gérer notre propre cheminement de vie. Je vous abandonne pour le moment, en attendant, je vous souhaite à vous et aux vôtres un excellent mercredi remplit de jolis moments.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire