Afrique – Dans le Rétro

Bonjour à toutes & tous, en ce jeudi matin très peu d’informations pour le passé du 16 février, sauf un évènement dramatique que j’ai trouvé sur le net sur :
DailyTrust , j’en ai donc fait copié-collé
En effet, cela s’est passé le 16 février en 1970 au Nigéria.
Un train plonge dans un ravin au provoquant 80 victimes 
52 autres voyageurs qui ont été blessés seront tués dans l’accident impliquant le camion qui les transporte à l’hôpital (personnellement, j’en avais entendu parler, mais il a fallut que je traine sur Google pour avoir quelques informations.

L’un des accidents ferroviaires inoubliables du Nigéria s’est peut-être produit lorsqu’un train a déraillé à Langa-langa, dans l’actuel État de Nasarawa, le 16 février 1970
Pour de nombreuses familles, les célébrations de l’Aïd el-Kabir alors à venir ont tourné au vinaigre, car de nombreux êtres chers n’ont pas pu participer à la fête. Environ 150 vies ont été perdues dans l’accident.
Le train a décollé de Jos, s’est arrêté à la gare de Gudi et plus tard à Langa-langa en route Lafia-Makurdi pour continuer vers la partie sud-est du pays. Mais, le trajet ne pouvait pas dépasser vingt minutes car les wagons déraillent dans les virages sinueux de Langa-langa.
Aujourd’hui, les débris du train mutilé gisaient toujours sur les côtés du fossé. 
Daily Trust a compris qu’il était prévu d’évacuer les débris restants. Une partie du métal dur semble avoir été récemment coupée et les buissons environnants ont été défrichés et brûlés pour faciliter l’accès.
Certains habitants ont déclaré à notre correspondant qu’il n’y a pas si longtemps, de grandes parties de l’épave ont été évacuées tandis que des charognards se rendraient également dans la zone pour retirer certaines pièces en fer. 
Langa-langa est un village isolé le long de l’autoroute Akwanga-Keffi dans la zone de développement d’Akun dans la zone de gouvernement local d’Akwanga. Mais le voyage dans le village éloigné commence à partir de Gudi, une ville qui aurait surgi à la suite de la construction du chemin de fer.

A partir de Gudi, la route est très étroite de sorte que deux véhicules ne peuvent pas passer en même temps. La route comporte également de nombreux ponceaux emportés, ce qui oblige les propriétaires de véhicules à traverser des lits de rivière asséchés pour se rendre à destination. 
Selon certains automobilistes, le trajet d’une heure et demie de Gudi à Langa-langa ne peut prendre que 20 minutes si la route est bonne. Le village est associé à la catastrophe ferroviaire dont on se souvient non seulement dans l’histoire ferroviaire du Nigeria, mais dans tous les accidents jamais enregistrés. 
Un survivant de 80 ans et résident de Langa-langa, Kachalla Waya, raconte l’incident tragique qu’il a vécu alors qu’il montait à bord du train pour Oturkpo dans l’actuel État de Benue. 
Il a déclaré au Daily Trust : “Je viens d’entendre un bruit fort et je me suis retrouvé à l’extérieur du train avec des gens qui criaient et d’autres qui criaient et appelaient le nom de Dieu. J’avais des coupures nettes sur le front. J’ai eu une coupure à la langue et j’ai perdu une dent. J’ai également subi des blessures dans d’autres parties de mon corps, bien que toujours consciente. J’ai été transporté à l’hôpital d’Alushi, près d’Akwanga. Malheureusement, le pompier du train avec qui j’ai été emmené à l’hôpital est décédé le lendemain.
Il dit avoir passé trois mois à l’hôpital.

En outre, il a exprimé sa consternation que ni le gouvernement, ni les groupes, ni les individus n’aient pris la peine de se souvenir des survivants de l’horrible accident de train et de leur sort.
Il a dit qu’il était toujours aux prises avec le traumatisme de l’accident. “Chaque fois que je veux me couper les cheveux, je ressens de fortes douleurs au front, en particulier là où j’ai été blessé. J’ai aussi des douleurs dans mes articulations », a déclaré Kachalla.
De plus, Monday Kpaji, 84 ans, a revécu des souvenirs sanglants de l’incident, expliquant que les passagers étaient piégés et que certains avaient été amputés des jambes pour les libérer de l’acier mutilé du train.
« J’étais tout près du virage serré où le train a déraillé. La locomotive du train et les wagons avant ont déraillé en premier. J’ai participé aux opérations de sauvetage avant l’arrivée des responsables gouvernementaux. Je me souviens encore comment nous avons évacué de nombreuses victimes.

«Je me souviens combien de personnes criaient à l’aide avec du sang qui coulait de leur tête et d’autres parties de leur corps. Je me souviens encore comment moi et mon défunt ami avons traîné une victime blessée à la tête par la fenêtre. Nous avons pu en sauver beaucoup avant que l’incendie ne se déclare et nous avons également été témoins de la mort lente de certaines victimes parce que des marchandises et des wagons les avaient piégés. Dans de tels cas, nous étions impuissants car nous ne pouvions rien faire », a ajouté Kpaji.
« Des médecins d’Alushi sont venus et ont fourni des services médicaux aux victimes sur place. J’ai été témoin de la façon dont les médecins ont amputé les victimes pour les sauver des débris parce que des débris ou des biens ensevelis la plupart d’entre eux. Ce sont les médecins qui coupaient soit les jambes, soit les mains piégées par le fer pour sauver les victimes. Les médecins ont vraiment travaillé dur pour sauver de nombreuses vies », a-t-il noté.
Selon lui, les responsables gouvernementaux ont été submergés par le carnage mais ont évacué autant de victimes qu’ils le pouvaient. Cependant, il a expliqué qu’ils avaient creusé une tranchée profonde près de la scène de l’accident et enterré les morts et les morceaux de chair qui jonchaient le site. 

La première chose qui frappe un visiteur à Langa-langa, ce sont les activités des exploitants de carrières. Un leader de la jeunesse, Ezekiel Sunday, a déclaré au Daily Trust que la communauté bénéficie des ressources dont Dieu a béni la région, notamment la carrière et l’agriculture.
Sunday a déclaré que le défi majeur est la route d’accès car la plupart des habitants sont des paysans qui ont du mal à transporter leurs marchandises vers le marché.
Cependant, une société chinoise engagée par le gouvernement pour les activités de carrière afin de réhabiliter les lignes de chemin de fer a construit des ponceaux pour faciliter le déplacement de leurs camions vers les sites. Ils ont également comblé des nids-de-poule et des fossés avec des pierres et des graviers. La plupart des ponceaux ont été emportés pendant la saison des pluies. 
« Nous appelons les gouvernements fédéral et des États à nous venir en aide en termes d’équipements de base afin de réduire les souffrances de la population. Nous appelons également le gouvernement à aider la communauté à reconstruire le pont qui relie Langa-langa et la gare de Mada », a déclaré Sunday.
Quatre décennies plus tard, de nombreux Nigérians se souviennent encore de l’accident de Langa-langa comme s’il s’était produit il y a quelques jours.
(Source : Daily Trust)

Alors quand on voit ce genre de catastrophe on est pas vraiment surpris, surtout quand on voit l’état des lignes de chemin de fer en Afrique, il faut rappeler par exemple qu’au Nigéria, les premières lignes ont été faites au cours de la période 1895-1900, une ligne de chemin de fer a été construite de Lagos à Ibadan. Elle a ouvert en mars 1901 puis fut prolongée jusqu’à la ville d’Oshogbo, 62 miles plus loin, au cours de la période 1905-1907, et jusqu’à Zungeru et Minna en 1908-1911. Elle a rejoint ensuite une autre ligne de chemin de fer, déployée entre Baro et Kano en passant ma Minnia.
Les travaux et l’exploitation furent confiés à la Royal Niger Company, compagnie à charte voulue par l’aventurier Sir George Taubman Goldie et agréée par le gouvernement du Royaume-Uni au 19ème siècle en mars 1886.
Les commerçants français, encouragés par Léon Gambetta, étaient établie sur le bas Niger, vendirent leurs droits aux Anglais en 1884 et plus de 400 traités politiques furent signés par George Taubman Goldie avec les chefs de tribus du bas-Niger et les états Haoussa. Les chefs de tribus recevaient dix shillings par conscrit mobilisé de force pour la construction et devaient payer une amende quand ils ne parvenaient pas à en fournir.

Les deux lignes de chemin de fer furent regroupées en 1912 sous l’égide du ministère anglais du transport, avant d’être transférées à la Nigerian Railway Corporation.
Le trafic de passagers va atteindre 11 millions de personnes en 1964, après l’indépendance, puis culminer à 15 millions de personnes en 1984.
Dans les années 1990, la Nigerian Railway Corporation s’est trouvée plusieurs fois au bord de la faillite à cause de l’absence de maintenance des infrastructures et d’un personnel pléthorique. Une nouvelle ligne en voie normale dite du Central railway voit le jour afin d’approvisionner et d’écouler la production sidérurgique nationale.
Et malgré une reprise et une nouvelle ligne, les infrastructures et la maintenance des lignes sont quasi inexistantes ou épisodiques.
Voilà mes chers(es) amis(es) ce sera tout pour moi aujourd’hui, je vous retrouverais demain car je dois m’absenter. En attendant je vous souhaite à vous et aux vôtres, une excellente journée remplie de choses positives.
Prenez bien soin de vous.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété, ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire