Afrique du Sud – Prise d’otage dans une mine sud-africaine


Bonjour lectrices & lecteurs du monde, nous allons démarrer cette nouvelle semaine par une information qui se passe en Afrique du Sud. En effet, une nouvelle prise d’otage dans une mine sud-africaine : 447 employés sont maintenus sous terre depuis le jeudi 7 décembre par des mineurs en colère dans la mine d’or Gold One en périphérie de Johannesburg. La même mine où une prise d’otages avait duré près de trois jours fin octobre 2023. Les raisons de ce nouveau blocage ne sont pas très claires, selon la direction de la mine qui évoque une manifestation de soutien à la cinquantaine d’employés qui avaient été licenciés suite à leur mobilisation fin octobre.
Vendredi au soir, la police était sur place pour essayer de débloquer la situation.

Le dialogue risque d’être compliqué à la mine Gold One. Le syndicat qui était impliqué dans le précédent bras de fer s’est désolidarisé de cette nouvelle prise d’otage qui retient plus de 400 employés sous terre dont plusieurs dizaines de cadres de sous-traitants.
Ce qui motivait la colère des mineurs en octobre 2023, à savoir la reconnaissance par la direction du syndicat dissident, a presque été résolue, explique Ziyaad Hassam, le directeur juridique de la mine. Mais les procédures disciplinaires contre 52 mineurs pour leur implication dans la dernière prise d’otage, auraient fait basculer la situation.
La tension est d’autant plus forte que le chef des enquêteurs, mandaté pour faire la lumière sur la dernière prise d’otage, a été assassiné cette semaine en rentrant chez lui.

Les blocages dans les mines sud-africaines font toujours craindre des affrontements violents, comme lors du massacre de Marikana en 2012 quand 34 mineurs avaient été tués par la police. Pour le moment, aucune personne n’a été blessée dans la mine selon la direction qui redoute un enlisement du mouvement. Les mineurs auraient l’intention de rester sous terre tout le weekend. Dans le même temps 250 mineurs font grève sous terre, dans une mine de platine à Rustenburg, toujours en Afrique du Sud.
Ils demandent une hausse des salaires, le paiement des congés maternité et l’arrêt de la réduction des effectifs par centaines. (Source : rfi)

Il faut savoir que la mine Gold One appartient au groupe Gold Fields qui est la première société aurifère d’Afrique du Sud, d’origine britannique, devant sa compatriote AngloGold Ashanti et la troisième au monde derrière la canadienne Barrick Gold et l’américaine Newmont Mining. Sa filiale, la société d’études Gold Fields Mineral Services, publie tous les ans  tous les ans un rapport mondial sur le marché de l’or, très suivi par les industriels et les spécialistes.
Dirigée depuis  par Nick Holland, membre de la direction depuis 1998, la société est cotée à New York, Johannesbourg et Paris.La compagnie qui exploite déjà neuf mines au Chili, en Australie, au Ghana, en Afrique du Sud et au Pérou.
Au Canada, Gold Fields a annoncé le 2 mai l’acquisition de 50 % d’intérêts dans le projet Windfall, une future mine d’or capable de livrer annuellement 294 000 onces, quand on sait qu’une once fait 33 grammes, à la valeur actuelle de 2000 € l’once, on imagine bien les bénéfices qui vont être réalisés sur 10 ans. C’est le fruit d’un accord conclu avec le propriétaire de l’actif, Osisko Mining, et qui voit la compagnie minière sud-africaine débourser 600 millions de dollars canadiens en espèces (440 millions $) en deux paiements d’égal montant.

Comme vous le voyez chers(es) lectrices & lecteurs, ce sont les mêmes problèmes partout dans le monde, les grosses boites font d’énormes profits sans prendre en considération le bien être de ses employés. Et je suis persuadée que les mineurs doivent avoir la même charge de travail, même si les effectifs sont réduits et ça, c’est inadmissible sachant qu’en novembre 2023 des licenciements ont été annoncé !! Et puis la vie des mineurs n’est pas simple on se rappelle toutes & tous l’accident de la mine de Platine “Impala platinium” à Johannesbourg où un ascenseur s’est écrasé, faisant 11 morts et plus de 75 blessés.
L’Afrique du Sud abrite les mines les plus profondes du monde et nombre de sites disposent d’ascenseurs pouvant transporter plus de 100 mineurs à la fois.
Alors vous voyez chers(es) amis(es) le vie des gens de la mine est plus que difficile et on peut comprendre leur colère et leur désarroi !!!
Je vous abandonne pour aujourd’hui et je vous souhaite à toutes & tous un agréable début de semaine ainsi qu’une belle journée remplie de choses positives.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété, ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire