Gambie – Je vais revenir sur l’excision

Gambie : le président élu appelle Yaya Jammeh à reconnaître sa défaite ...Bonjour à toutes & tous, alors aujourd’hui je vais revenir sur l’excision des petites filles.
Un pays comme la Gambie pourrait la remettre au goût du jour pour soit disant préserver les principes religieux et à sauvegarder les normes et les valeurs culturelles du pays !!!!
Alors qu’en Afrique cette pratique a été interdite dans beaucoup de Pays, y compris la Gambie par Yahya Jammeh en 2015.

Alors le conseil suprême islamique de la Gambie va même plus loin puisqu’il affirme (sur les réseaux sociaux) que l’excision n’est pas une mutilation, mais une circoncision féminine en précisant qu’il faudrait qu’un seul prélèvement d’une fine partie de clitoris sans ablation totale de l’organe ni des lèvres.
Franchement ces gens là ont rien dans le cerveau ou quoi ?
Ont-ils vraiment fait des études ? 
Apparemment pas !!!! Alors pour les gens là qui ne savent pas, la circoncision est la coupe du prépuce, chez les garçons et finalement un bout de peau qui sert pas à grand chose hormis peut-être attrapé des infections, alors que l’excision est une mutilation génitale de l’appareil féminin…. Alors de quel droit ces gens là défont que ce Dieu a construit, de plus rien ne le préconise dans le Coran !!!!

President Barrow declares May 1st Public Holiday - Gambia.comLe pire c’est le silence du gouvernement, le président Barrow, chef de l’Etat pèse lourd dans un débat agité par une minorité d’hommes rétrogrades. Ils ne sont pas représentatifs de la population ni des chefs religieux qui sont eux conscients des dommages terribles pour les femmes, les couples et les familles. Le président Barrow devra prendre ses responsabilités pour faire respecter les engagements de l’Etat gambien, signataires de toutes les conventions internationales sur les droits humains.
Les militantes féministes du pays et de la diaspora telles que Fatou Baldeh, honorée début mars par la Maison Blanche pour son engagement en faveur des femmes et dans la Commission vérité et réconciliation locale, s’inquiètent des conséquences d’une relégalisation du droit à l’excision.

'Politic Kaacha' SO2 EP18 with Foni Kansala MP Almameh Gibba - YouTubeOn peut donc comprendre que par des moyens détournés, les extrémistes du pays veulent pouvoir attaquer les femmes dans leurs corps afin de mieux les contrôler et en réalité, l’hypothèse d’une abrogation de l’interdiction des mutilations génitales féminines est réelle puisque cela doit être décidé dans trois mois, pourtant aucune date n’a été fixée à l’agenda de la Chambre pour l’adoption éventuelle de ce texte controversé.
Le député Almameh Gibba pour légitimer sa proposition de loi a déjà affirmé devant ses pairs que l’interdiction de l’excision actuellement en vigueur est une violation directe du droit des citoyens à pratiquer leur culture et leur religion, mais il est soutenu dans son projet par l’influent chef religieux musulman Abdoulie Fatty et par le Conseil suprême islamique de Gambie

Hon. Gibbi Mballow - NA WatchMalgré l’approbation de la majorité des parlementaires (42 sur les 47 présents), des voix se sont opposées au retour de cette pratique. Le député Gibbi Mballow a déclaré avant l’examen de lundi que : “nous ne devons pas nous cacher derrière l’islam ou la culture pour faire du mal à nos femmes et à nos filles. La religion l’interdit au contraire”.
“En tant que gens responsables, nous veillerons à ce que l’amendement proposé ne passe pas”, avait tenté pour sa part de rassurer début mars Seedy Njie, le vice-président d’une Assemblée qui ne comporte que 5 femmes sur 58 députés, dans le journal Standard.

De plus, malgré sa criminalisation en 2015 et la signature dix ans plus tôt du Protocole de Maputo de l’Union africaine qui garantit le droit des femmes à l’intégrité physique, l’excision concerne la grande majorité des Gambiennes.
Selon les chiffres 2024 de l’Unicef, 73 % des femmes âgées de 15 à 49 ans y ont été excisées, la plupart avant leurs 5 ans, tandis que seulement trois personnes (un exciseur et deux mères) ont été condamnées depuis 2018 à des amendes, acquittées par des chefs religieux, sans compter les femmes ou jeunes filles qui meurent au moment de leurs accouchements ou même la nuit de noces !!!

Nous essaierons de suivre cet histoire de près car il est inadmissible que des hommes puissent prendre des décisions aussi horribles, à croire qu’ils se prennent pour Dieu !!
Sur ce, je vous souhaite un excellent vendredi à vous et aux vôtres.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété, ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire