Cameroun – Buéa, Bamenda, villes mortes





Hier comme tous les lundi la ville de Buéa était complètement déserte comme morte et la consigne a été respecté par les populations anglophones. Les travailleurs ont préféré rester chez eux craignant des représailles des sécessionnistes. Toutes les stations service et les commerces étaient fermées.

A Bamenda, fief de la contestation, le marché, les banques et tous les services public étaient comme morts.. Rien ne bougeait dans la ville de 500 000 habitants. Une pharmacie a ouvert ses portes et la police a installé un camion anti-émeute où était installé un canon à eau, mais n’avait pas l’air prête à s’en servir ! Tout à commencé depuis octobre 2016 mois où les avocats sont descendus dans la rue pour exiger l’application de la loi, le common low et pour s’insurger de la mutation d’avocats francophones ne maîtrisant pas l’anglais dans les régions NO/SO !

Un peu plus tard, ce sont les enseignants qui sortaient pour dénoncer la francophonisation du système éducatif anglophone ! Avec la crise des activistes ont saisit le moment pour réclamer la séparation du Cameroun avec la création de l’Ambazonie ! Cet État est censé couvrir le territoire de l’ancien Southern Cameroons mais apparemment le gouvernement Biya ne veut céder à aucunes des revendications, pire il a envoyé des émissaires plus ou moins compétents, qui ont privilégié l’affrontement plutôt que le dialogue tel Atanga et cie ! C’est bien triste pour un pays qui se dit “un et indivisible” se déchirer de la sorte ! Paola





Ce contenu a été publié dans Cameroun, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire