Monde – La déontologie journalistique





Bonjour à toutes & tous, lectrices et lecteurs du site, tout d’abord permettez moi de vous souhaiter un agréable week-end à vous ainsi qu’aux personnes autour de vous, mais aujourd’hui je voudrais revenir sur un fait qui me pousse encore une fois à réagir. Il s’agit de l’arrestation de Mimi Mefo, journaliste au Cameroun et des commentaires que j’ai pu lire tout aussi stupides les uns les autres dont un je cite :
” Si elle a été emprisonné c’est qu’elle n’a pas respecté le code de déontologie journalistique ” !! 

Alors là franchement je me demande si la personne qui a écrit cette ânerie à tout son bon sens !! Parce que toutes les chartes de déontologie promues par les syndicats de journalistes insistent sur la vérification par les faits quand une information a diffuser ! Ors j’ai cru comprendre que c’est ce que Mimi Mefo à fait en diffusant des vidéos qui ont déplu au gouvernement Biya ! Des règles s’appliquent à la mission du journaliste : Le devoir d’ informer, le respect du lecteur, le droit de savoir et l’intérêt public ! 

La vérité, la rigueur et l’exactitude, l’intégrité, l’équité et l’imputabilité  constituent les piliers normatifs du journalisme et la déontologie prescrit des devoirs professionnels qui font l’objet d’un consensus pour un grand nombre de situations. La déontologie contribue à protéger les journalistes des manœuvres de propagande, de promotion et de désinformation, aussi pour conclure un journaliste, ne se laisse pas intimider, ne se laisse pas acheter et doit toujours dire la vérité en s’appuyant sur des faits, avec vidéos, photos, ou documents apportés comme preuve !

Parmi les dix devoirs du journaliste, il y a notamment :
– Le respect de la vérité et de la vie privée
– L’impératif de ne publier que des informations dont l’origine est connue ou accompagnées de réserves
– L’obligation de rectifier toute information qui se révèle inexacte, et je dois dire que cela m’est déjà arrivé une fois parce que je n’avais pas pris le temps de vérifier mes sources
– De ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement
– De refuser les pressions comme des consignes, directes ou indirectes, qu’elles soient des annonceurs, des loobbies ou des gouvernements.

Il existe également des droits
– La possibilité d’avoir un libre accès à toutes les sources d’information
– D’enquêter librement sans se voir opposer le secret des affaires publiques ou privées, sauf exception clairement justifiée. 
Il prévoit également que le journaliste salarié, mensualisé ou à la pige, puisse refuser d’accomplir un acte professionnel ou d’exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.

Je tiens aussi à préciser que La Cour Européenne des Droits de l’Homme (cela s’applique à tous les pays du monde) a souligné que la protection des sources d’information des journalistes est l’une des pierres angulaires de la LIBERTÉ DE LA PRESSE et que des perquisitions ayant pour objet de découvrir la source d’un journaliste constituent même si elles restent sans résultat un acte plus grave qu’une sommation de divulgation de l’identité de la source. Les journalistes sont donc appelé à respecter la vie privée des individus ainsi la présomption d’innocence, à n’obtenir des informations que par des moyens légaux et moraux, à rectifier automatiquement et rapidement toutes les informations fausses ou erronées, à éviter TOUTE CONNIVENCE AVEC LE POUVOIR POLITIQUE QUI NUIRAIT A L’INDÉPENDANCE ET L’IMPARTIALITÉ DE LEUR PROFESSION !!

Alors parce que cette Journaliste Anglophone a dévoiler les exactions qui se passe au NO/SO du pays, on la jette en prison, comme d’autres journalistes camerounais ont été mis derrière les barreaux parce qu’ils disent des vérités qui dérangent ! Souvenez-vous de Ahmed Abba Journaliste de RFI condamné à 10 ans de prison ferme le 24 avril 2017, c’est également le tribunal militaire qui l’a condamné, il a échappé à la peine de mort pour apologie du terrorisme parce que RFI a apporté des preuves de sont innocence, c’est le même crime dont est accusé Mimi Mefo !!

Le président du Syndicat des journaliste du Cameroun Denis Nkwebo avait réagit avec vigueur en dénonçant  ” C’est une punition contre la presse, c’est une volonté de criminaliser le métier de journaliste au Cameroun ! Parce que tout ce qu’on reproche à Ahmed Abba, c’est d’avoir été en situation professionnelle. A aucun moment dans ce procès, on ne nous a donné la preuve qu’il a été impliqué dans quelque chose de grave. La presse était jusqu’ici sous le coup d’une oppression silencieuse, et la condamnation d’Ahmed Abba est un message fort à l’endroit des journalistes qui osent encore exercer ce métier dans ce pays où l’on nous dit tous les jours qu’on est en démocratie. ”  Et il rappelle que d’autres journalistes sont poursuivis pour non-dénonciation. Selon lui, au moins six journalistes anglophones ont été interpellés et sont détenus dans le cadre de la crise au Cameroun anglophone.

Alors on s’aperçoit que la crise anglophone dérange le gouvernement Biya et la White que je suis le dénonce donc si certains camers n’ont pas le courage de défendre leurs points de vue en dénonçant ce qui se passe dans leur propre pays alors oui moi je le dénonce, tout comme je le fais pour d’autres pays, y compris la France ! Dans beaucoup de pays du monde des journalistes sont emprisonnés ou tués comme récemment Jamal KHASHOGGI ce journaliste tué dans l’ambassade saoudienne d’Istanbul, les auteurs de cet assassinat ont dissous son corps dans de l’acide avant de s’en débarrasser dans les égouts de la ville, dénonce le quotidien turc Sabah !! 
Et là encore une fois je le répète, c’est toute la LIBERTÉ DE LA PRESSE QUI EST ATTEINTE DANS SON INTÉGRITÉ et c’est à nous journalistes, écrivains, romanciers, professeurs, chanteurs, auteurs, lectrices & lecteurs de défendre un droit acquis parce que si nous laissons faire c’est également la LIBERTÉ D’EXPRESSION, et même la LIBERTÉ DE PENSER qui sont menacées !  Les administrateurs, les journalistes, les poètes, écrivains et artistes de Rétro & Perspectives d’Afrik, réclamons la libération de Mimi Mefo ainsi que celle de tous les journalistes arrêtés injustement parce qu’ils ont simplement fait leur travail ! Paola





Ce contenu a été publié dans Les Mots de Paula, Monde, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire