Afrique – Petit tour d’horizon sur la tradition de Pâques





À l’origine, Pâques est une grande fête juive. En hébreu, pessah veut dire passage. Cette fête commémore la traversée de la Mer rouge, signe de la libération des Hébreux alors esclaves en Égypte vers le treizième siècle avant Jésus Christ.Dans les Évangiles, il est raconté comment Jésus a célébré la Pâque avec ses disciples, avant d’être arrêté et crucifié.Trois jours après sa mort, Jésus apparaît à certains de ses disciples qui témoignent qu’il est vivant, ressuscité d’entre les morts.

Pâques est la fête la plus importante des chrétiens. Ils célèbrent à la fois la résurrection du Christ et la promesse donnée aux hommes de ressusciter avec lui. Cette fête est précédée de la semaine sainte au cours de laquelle les chrétiens commémorent le jeudi le repas de la Pâque vécue par Jésus et le vendredi sa mort sur la croix.
Mais tous les chrétiens ne fêtent pas Pâques à la même date : orthodoxes et chrétiens des pays d’Orient ont des calendriers différents des chrétiens d’Occident.
En quête d’un rapprochement, catholiques et orthodoxes cherchent aujourd’hui à s’entendre sur une date commune.

La tradition des œufs de Pâques que l’on déguste ce jour-là, vient des chrétiens d’Orient. L’œuf représente le tombeau dont le Christ est sorti vivant. Œuf, lapins, cloches, chasse aux œufs… Pâques est célébré dans le monde entier, mais de façon assez différentes, selon les pays.

  • En République Démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda, on fête la résurrection de Jésus en famille, autour d’un repas traditionnel cuisiné tous ensemble.
  • Au Burkina Faso, on partage la nourriture préparée le jour de Pâques avec ses voisins.
  • Au Sénégal, les chrétiens fêtent Pâques en offrant à leurs voisins chrétiens et musulmans du “ngalakh”.
    Cette préparation, à base de semoule de mil (appelée thiakry), de pâte d’arachide et de jus de baobab, est devenue un symbole de Pâques à travers le pays.
  • En Côte d’Ivoire, Pâques est surnommée “Paquinou” par les populations du Grand Centre du pays, les Baoulés.
    A Pâques, la tradition veut que les Baoulés, travaillant souvent loin de leur région d’origine, rentrent au village natal ou familial. C’est l’occasion de revoir ceux restés au pays mais également de participer à des rencontres de mutualisation et de développement local.

  • Du Kenya, au Cameroun en passant par la Sierra Leone, c’est un moment de réflexion, d’abstinence parfois, de carême ; un moment passé en famille et autour d’un bon repas.
  • Au Bénin, la période de Pâques est marquée par la couleur blanche ou dorée, symbole de joie et de lumière.
    Après la messe, les gens se retrouvent autour d’un grand repas mettant à l’honneur l’agneau pascal si les finances le permettent. Ce repas est traditionnellement partagé avec les voisins, chrétiens ou non, et les visiteurs de passage, si bien que même les moins fortunés peuvent prétendre être de la fête.

Voilà mes chers(es) amis(es) juste un petit tour des coutumes du dimanche de Pâques en Afrique. C’est toujours intéressant de connaître les coutumes de nos voisins. Pour aujourd’hui je vais vous laisser profiter des vôtres et je reviendrais sur l’information demain. Je vous souhaite à toutes & tous une très bonne fin de journée entourés(es) des personnes que vous aimez. Prenez soin de vous. Paola





Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire