Afrique – Pays touchés par le Corona

La pandémie est mondiale, mais je pense que les gouvernorats cachent le montant du nombre de malades dans certains pays africains. Actuellement très peu de nouvelles ne filtrent et je pense que c’est pour éviter de faire paniquer les populations, mais n’est-il pas mieux de leur faire comprendre qu’il faut qu’elles se protègent ? Et si certains pays africains sont préparés à une épidémie de ce genre, que doute que pour d’autres ce soit le cas ! Leurs moyens logistiques ne vont pas permettre de faire face à une pandémie qui est mondiale !!

On s’aperçoit sur la photo ci-dessus que les africains sont encore bien trop près les uns des autres rien que pour lire la presse quotidienne, alors qu’en est-il vraiment de ce qui se passe ?
Une trentaine de pays du continent est désormais contaminée par le COVID-19, avec une forte augmentation ces derniers jours dans certains pays. Hier le nombre de cas qui ont filtré sont les suivants :
Senegal 60 cas, Egypte : 256 cas, 7 décès, Afrique du Sud : 202 cas – Algérie : 90 cas, 10 décès – Maroc : 66 cas, 3 décès – Burkina Faso : 64 cas, 3 décès – Tunisie : 50 cas – Sénégal : 36 cas – Cameroun : 27 cas – RDC : 23 cas, 1 décès – Côte d’Ivoire : 14 cas – Nigeria : 12 cas – Rwanda : 17 cas – Ghana : 11 cas – Togo : 9 cas – Ethiopie : 9 cas – Maurice : 7 cas, 1 décès – Kenya: 7 cas – Tanzanie : 6 cas – Seychelles : 6 cas – Guinée équatoriale : 6 cas – Gabon : 3 cas, 1 décès – Congo : 4 cas – Libéria : 2 cas – Soudan : 2 cas, 1 décès – Zambie : 2 cas – Mauritanie: 2 cas – Bénin : 2 cas – RCA : 2 cas – Guinée : 1 cas – Somalie : 1 cas – Gambie : 1 cas – Djibouti : 1 cas – Eswatini : 1 cas – Tchad : 1 cas –Angola : 2 cas – Niger: 1 cas – Zimbabwe:2 cas – Namibie : 3 cas.

Le Rwanda a annoncé samedi le confinement de sa population et la fermeture des frontières pour endiguer l‘épidémie de coronavirus, parmi les mesures les plus drastiques prises en Afrique subsaharienne, une région au système de santé fragile où le nombre d’infections ne cesse de grimper.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est inquiétée à plusieurs reprises ces derniers d’une poussée de la pandémie sur le continent africain, dont les systèmes de santé manquent cruellement de moyens. Et malgré les interdictions de rassemblements, les fermetures d‘écoles, de bars, de restaurants, les restrictions dans les transports aériens notamment, en vigueur dans de nombreux de pays au sud du Sahara, l‘épidémie continue d’avancer. Avec 17 personnes infectées par le virus, le Rwanda a franchi samedi un pas supplémentaire dans la lutte contre l‘épidémie. Désormais tous les déplacements non-essentiels et les visites hors du domicile y sont interdits, a annoncé le gouvernement, à l’exception des sorties pour s’approvisionner, pour se faire soigner ou se rendre à la banque. Ce choix draconien est assorti de la fermeture de toutes les frontières du pays, sauf pour le trafic de marchandises et pour les citoyens rwandais de retour au pays.

La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont annoncé tous deux vendredi, 20 mars la fermeture de leurs frontières pour lutter contre l‘épidémie de coronavirus.
“Après évaluation de la pandémie” et pour lutter “contre la propagation de la maladie”, “le gouvernement a décidé de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes à tout trafic de personnes”, à partir de dimanche à minuit, selon un communiqué signé des ministres ivoiriens de la Défense et de la Sécurité. Le trafic de marchandises reste autorisé, et “des couloirs humanitaires ainsi que de sécurité seront ouverts pour faire face aux besoins spécifiques de gestion de la pandémie”, est-il précisé.

Au Burkina Faso le président burkinabé Roch Mar Kaboré ailleurs instauré un couvre-feu en vigueur de 19 heures à 5 heures du matin. Le pays a enregistré sept nouveaux cas vendredi, dont trois membres du gouvernement, les ministres de l‘Éducation, de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

L’Algérie, où la propagation du nouveau coronavirus s’accélère, a annoncé jeudi soir avoir pris de nouvelles mesures pour endiguer la progression de la pandémie, notamment la fermeture des cafés et restaurants dans les grandes villes. Le président Abdelmadjid Tebboune a décidé notamment de suspendre “tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et entre les wilayas (préfectures) ainsi que le trafic ferroviaire”.
Ces nouvelles mesures prévoient également “la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires” et “la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âge”. Ces mesures entreront en vigueur dimanche et dureront jusqu’au 4 avril, selon un communiqué. Elles sont susceptibles d‘être prolongées.

Au Sénégal, Al Hassan Sall, le gouverneur de la région de Dakar a pris la résolution jeudi de fermer les mosquées dès vendredi – jour de la grande prière hebdomadaire – pour une durée de quatre semaines. Les mosquées de la capitale sénégalaise (3,5 millions d’habitants) et de ses villes de banlieue comme Pikine et Rufisque seront fermées “jusqu‘à nouvel ordre” en raison du “rythme de la propagation de la maladie du coronavirus dans la région de Dakar”, selon le texte. Cette décision fait suite à celle du gouvernement du Sénégal d’interdire les grands rassemblements publics pour éviter une propagation de la maladie à coronavirus.

En Tunisie et en Libye, Tunis et Tripoli se sont transformées en villes désertes au lendemain de l’instauration du couvre-feu par les autorités. Même si en Libye, le pays n’a pas encore été touché par la maladie, mais la population semble respecter les mesures de sécurité.

Le Niger a enregistré jeudi son premier cas de coronavirus : un homme arrivé à Niamey en provenance du Togo, en passant par le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, a annoncé le ministre de la Santé. L‘état du patient est “stable”, selon le ministre qui a précisé que “toutes les dispositions sont prises pour circonscrire la pandémie”. Le Niger a fermé mardi ses établissements d’enseignement, ses frontières terrestres avec ses sept voisins et les aéroports de Niamey et Zinder (sud) afin d‘éviter d‘être touché par le virus.

Au Congo, Thierry Moungalla a décidé de réunir ces prochains jours les principaux organes de la presse congolaise, télés, radios, presse écrite et en ligne, pour un point sur les actions communes à mener pour l’édification, l’information et la pédagogie nécessaires à l’endroit des populations

En RDC le mot d’ordre surprenant c’est : Évitez de cracher en public…..
On se demande s’ils ont conscience de la graviter de la situation

La Gambie a enregistré son premier cas de coronavirus, a annoncé mardi son ministre de la Santé, après des annonces gouvernementales de mesures visant à contenir la propagation de la pandémie. Dans une allocution télévisée, le ministre de la Santé Ahmadou Lamin Samateh a déclaré que les autorités du petit pays ouest-africain avaient détecté la contamination au coronavirus d’une jeune femme récemment revenue du Royaume-Uni. Elle s’est isolée après s‘être sentie fiévreuse, avant d‘être testée positive au Covid-19. “Tous les passagers arrivés par le même vol ou en contact avec le cas confirmé seront retrouvés et placés en isolation”, a assuré le ministre. Un peu plus tôt, dans une allocution télévisée, le président Adama Barrow avait annoncé l’interdiction des rassemblements publics et la fermeture des écoles pour trois semaines à partir de mercredi. Par ailleurs, les voyageurs arrivant de pays touchés par la pandémie seront placés en quarantaine pendant deux semaines

Plusieurs pays ont pris une série de mesures de protection

La Tunisie a fermé ses frontières maritimes et restreint fortement les dessertes aériennes avec l’Europe et l’Egypte, obligeant tous les voyageurs venant de l‘étranger à s’isoler durant 14 jours à leur arrivée afin de ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Ces mesures drastiques ont été annoncées vendredi soir par le Premier ministre Elyes Fakhfakh lors d’une allocution télévisée, alors que la Tunisie compte 16 cas confirmés, en majorité des personnes contaminées à l‘étranger. Toutes les dessertes maritimes sont suspendues, ainsi que les liaisons aériennes, vers l’Italie. Un vol quotidien est maintenu vers la France, et un seul vol hebdomadaire vers l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Egypte. Ces mesures entrent en vigueur samedi jusqu’au 4 avril. Tous les voyageurs arrivant de l‘étranger devront s’isoler durant 14 jours à domicile. Le ministère de la Santé avait indiqué plus tôt vendredi qu’il ne serait pas permis de quitter le territoire tunisien durant la quarantaine. Il n’y aura plus de prière collectives, y compris le vendredi, tandis que bars, cafés et restaurants devront fermer à 16H00 (15H00 GMT), a ajouté M. Fakhfakh. Les rassemblements sont interdits, toutes les manifestations culturelles annulées, et les compétitions sportives, y compris les matches de foot, se dérouleront à huis clos. Les écoles, qui avaient été fermées cette semaine à quelques jours du début des vacances tunisiennes, ne rouvriront pas avant le 28 mars. “Nous pouvons maîtriser cette pandémie en respectant les consignes”, a souligné M. Fakhfakh, faisant valoir que pour le moment la situation était “sous contrôle”. Trois nouveaux cas ont été confirmés vendredi soir en Tunisie, a précisé le ministère de la Santé, portant à 16 le nombre de malades identifiés, dont un est rentré en France.

En Libye, les autorités libyennes rivales ont annoncé vendredi la fermeture de tous les établissements d’enseignement pendant deux semaines par “mesure préventive” contre le nouveau coronavirus. Tous les établissements scolaires, publics et privés, seront fermés à partir de dimanche, ont indiqué dans deux communiqués distincts les deux gouvernements rivaux qui disent pourtant n’avoir recensé jusqu’ici aucun cas de nouveau coronavirus en Libye. Des centaines d‘écoles sont déjà fermées depuis le lancement début avril de l’offensive du maréchal Haftar contre la capitale libyenne. Les affrontements au sud de Tripoli ont fait plus de 1.000 morts et chassé plus 150.000 personnes de chez elles. Des analystes estiment qu’une propagation de la maladie Covid-19 pourrait avoir des conséquences catastrophiques dans la Libye en guerre, où le secteur de la santé est parmi les moins développés d’Afrique du Nord. 

En Guinée, un premier cas d’infection par le nouveau coronavirus a été détecté, sur une Belge, ont annoncé vendredi les autorités guinéennes, selon lesquelles “toutes les mesures préventives ont été prises” dans ce pays d’Afrique de l’Ouest touché il y a six ans par une épidémie d’Ebola. “Nous avons enregistré le premier cas confirmé de Covid-19 en Guinée”, a déclaré sur Twitter le président guinéen Alpha Condé, en précisant qu’une réunion était en cours entre “les plus hauts responsables sanitaires et des membres du gouvernement”. 
“Toutes les mesures préventives avaient été prises et sont déjà en application”, a-t-il assuré.
Le ministre de la Santé, le médecin-colonel Remy Lamah, avait auparavant affirmé à l’AFP avoir appris “qu’il y a un cas de coronavirus confirmé qui se trouve au centre de traitement des maladies infectieuses de Nongo”, dans la banlieue de Conakry. “C’est une ressortissante belge qui est arrivée à Conakry il y a entre 4 et 5 jours et qui a développé des symptômes hier (jeudi)”, a expliqué sans plus de détails M. Lamah, joint par téléphone. L’information a ensuite été confirmée par un médecin de ce centre créé pendant l‘épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui avait démarré en décembre 2013 dans le sud de la Guinée. 

Au Kenya, premier cas de nouveau coronavirus a été diagnostiqué, qui concerne une étudiante kényane rentrée des États-Unis via Londres, a annoncé vendredi le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe. Il s’agit aussi du premier cas confirmé de nouveau coronavirus en Afrique de l’Est. “Le cas concerne une citoyenne kényane, qui est revenu à Nairobi depuis les États-Unis via Londres, au Royaume-Uni, le 5 mars 2020”, a indiqué le ministre.
L‘étudiante “est stable et se comporte normalement”, a-t-il souligné, en ajoutant qu’elle mangeait bien et se portait bien.

Au Ghana, deux cas de coronavirus ont été recensés au Ghana, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires, précisant que les personnes contaminées arrivaient de Norvège et de Turquie, qu’elles étaient dans un “état stable” et que la situation était “sous contrôle”. “Les deux patients sont gardés en isolement et leur état est stable”, a expliqué le ministre de la Santé lors d’une conférence de presse. Le processus visant à identifier les personnes ayant été en contact avec eux est en cours, a-t-il ajouté. Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a annoncé mercredi un plan de 100 millions de dollars pour aider le pays à faire face à la pandémie, notamment pour “s‘équiper, préparer les infrastructures, et sensibiliser le public”. Tous les officiels ghanéens ont l’interdiction formelle de voyager à l‘étranger.  

Gabon, premier cas de patient malade du nouveau coronavirus a été annoncé jeudi dans un communiqué du gouvernement: un Gabonais revenant de Bordeaux, en France. “Il s’agit d’un compatriote âgé de 27 ans, vivant au Gabon ayant séjourné à Bordeaux”, lit-on dans ce communiqué. ‘‘À son arrivée à Libreville le 8 mars, il a été thermoflashé et ne présentait aucun symptôme, le lendemain, se plaignant de toux, de maux de gorge et de gêne respiratoire, il a été admis à l’hôpital”, poursuit le texte. “Aussitôt, des échantillons ont été prélevés (…). Les résultats obtenus ce jour sont positifs au Covid-19”, toujours selon le gouvernement, qui ajoute jeudi soir: “L‘état du patient s’améliore progressivement et l’identification des personnes contacts est en cours”.

L’Algérie a enregistré son premier décès dû au nouveau coronavirus, a annoncé jeudi le ministère algérien de la Santé dans un communiqué sans donner plus de précisions sur le décès. En outre, cinq nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés, ce qui porte à 24 le nombre des cas confirmés sur le territoire algérien selon le ministère. Un 25e cas (le premier enregistré en Algérie) concerne un ressortissant italien diagnostiqué positif en février, qui a depuis regagné son pays. Parmi les cinq nouveaux cas annoncés jeudi, figurent deux Algériens ayant séjourné en France. Ils ont été hospitalisés l’un dans la wilaya (préfecture) de Souk-Ahras (est du pays) et l’autre dans la wilaya de Tizi-Ouzou, à l’est d’Alger.Les trois autres personnes sont soignées dans un hôpital de la wilaya de Blida, au sud-ouest d’Alger, selon le ministère de la Santé. Dix-sept membres d’une même famille de Blida ont déjà été contaminés, en lien avec des cas confirmés chez des ressortissants algériens en France. Afin de réduire les risques, le ministère de la Santé “conseille aux citoyens algériens devant se rendre dans les pays où l‘épidémie est active, de différer leur voyage, et aux ressortissants algériens établis dans les pays où l‘épidémie est active d’ajourner également leur visite familiale sauf en cas de nécessité absolue”.

Au Mali, les personnes arrivant au Mali en provenance des pays les plus touchés par le nouveau coronavirus devront se soumettre à un “auto-isolement systématique” de 14 jours, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement malien, sans préciser la liste des pays concernés. “Le gouvernement malien manifeste sa solidarité avec les pays touchés par le COVID-19 et n’empêche pas l’arrivée des personnes ayant séjourné dans ces pays”, a déclaré sur Twitter le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré. 
“Cependant, tous les passagers se soumettent au contrôle systématique à leur arrivée aux frontières aéroportuaires et terrestres”, ainsi que l’auto isolement systématique de 14 jours pour les voyageurs. Aucun cas de coronavirus n’a été confirmé au Mali.

Sénégal, un cinquième cas de coronavirus a été déclaré mercredi au Sénégal. Selon le ministère de la Santé, le malade a été identifié à Touba, ville sainte de la confrérie musulmane des mourides, dans le centre du Sénégal, où un grand rassemblement religieux est prévu le 22 mars. Le nouveau patient est un Sénégalais résidant en Italie, rentré au Sénégal le 6 mars. Il a consulté à Touba le 10 mars, au lendemain de l’apparition des premiers symptômes, puis a été isolé, ont précisé des responsables du ministère lors d’un point de presse.
Son infection par le nouveau coronavirus a été confirmée mercredi par l’Institut Pasteur de Dakar et il est actuellement traité.

La CAF ne veut pas déférer à la menace du coronavirus

Les compétitions africaines de football ne subiront pas la loi du nouveau coronavirus. La Confédération africaine de football (CAF) n’entend pas modifier la programmation de ses activités sportives de 2020.
L’instance faîtière du football en Afrique maintient « la programmation de toutes ses compétitions ». Parmi ces événements sportifs, le 6è championnat d’Afrique des nations (CHAN) prévu du 4 au 25 avril au Cameroun.
Ainsi, une équipe médicale devrait fouler le sol camerounais le week-end prochain pour évaluer le dispositif de riposte mis en place par Yaoundé, rapporte la chaîne de télévision nationale CRTV .
Tandis que le Maroc a déclaré que tous ses matchs se joueraient à huis clos ! Cette décision vise à “veiller à la sécurité des joueurs, des entraîneurs et des supporteurs”, selon un communiqué de la FRMF publié sur son site internet.

Côte d’Ivoire, un cas de nouveau coronavirus a été identifié mercredi en Côte d’Ivoire par le ministre de la santé et de l’Hygiène Publique, Eugène Aka Aouélé.
En provenance de l’Italie, deuxième foyer de la maladie après la Chine, le patient est un Ivoirien de 45 ans. Il a été testé positif au District sanitaire d’Adjamé-Plateau-Attécoubé.
Il est pris en charge au service des maladies infectieuses et tropicales, au CHU de Treichville. Mais son état est « stable », d’après le ministre Aka Aouélé qui a appelé ses compatriotes à ne pas céder à la panique.

Au Cameroun, le président Paul Biya a déclaré :
Chers compatriotes, le monde fait face à une crise sanitaire grave et sans précédent.
Elle va impacter nos comportements quotidiens et notre économie.
Je vous invite à respecter scrupuleusement les prescriptions du Gouvernement et de l’OMS
Néanmoins, le Cameroun annonce un premier cas de Covid-19 sur le territoire. Il s’agit d’un Français de 38 ans arrivé dans la capitale Yaoundé le 24 février 2020. “L’intéressé a été mis en isolement dans le Centre de Prise en Charge de l’hôpital Central de Yaoundé pour une prise en charge”, affirme le ministre de la Santé Publique. Il rassure par ailleurs que “toutes les mesures sont prises par le gouvernement pour contenir les risques éventuels de la propagation du virus”.

Au Burkina Faso, le gouvernement fait de même en déclarant, J’invite mes compatriotes à adopter des mesures préventives, afin de se prémunir contre le Coronavirus et éviter sa propagation. Ensemble, adoptons des comportements individuels et collectifs adéquats, en suivant les conseils des services de santé

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

RDC – Un premier cas de nouveau coronavirus a été diagnostiqué en République démocratique du Congo dans la capitale Kinshasa, plus grande ville d’Afrique francophone, a annoncé mardi le ministre de la Santé, le docteur Eteni Longondo.

Egypte – Vingt-cinq personnes initialement testées positives au nouveau coronavirus sur un bateau de croisière à Louxor, avant d’en être évacuées, ont finalement été testées négatives, a annoncé mardi la ministre égyptienne de la Santé Hala Zayed.
“Aujourd’hui, il y 25 personnes, parmi les 45 contaminées sur le bateau, dont les tests sont négatifs”, a déclaré la ministre mardi soir lors d’une conférence de presse au Caire.
Ces personnes devront toutefois attendre la fin de leur période de quarantaine avant de pouvoir sortir de l’hôpital où elles se trouvent actuellement.
Quarante-cinq cas d’infection avaient été détectés en fin de semaine dernière sur le “A-Sara”, un bateau de croisière désormais amarré à un quai à Louxor. Les 33 passagers et 12 membres d‘équipage ayant contracté la maladie Covid-19 avaient été évacués samedi vers l’hôpital de Marsa Matrouh, dans le nord de l’Egypte, selon les autorités. 
Malgré cela, l’Egypte a annoncé dimanche le premier décès en Afrique lié au nouveau coronavirus dans le sud-est du pays, il s’agit “Un ressortissant allemand âgé de 60 ans admis à l’hôpital public de Hourghada le 6 mars” et testé positif au nouveau coronavirus le lendemain est mort dimanche, a indiqué Khaled Megahed, porte-parole du ministère de la Santé dans un communiqué.
De plus, le Caire a décidé mercredi d’interdire l’accès au territoire égyptien aux ressortissants du Qatar, qui a pris des mesures similaires dimanche, dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Le Maroc a annoncé mardi un premier décès lié au nouveau coronavirus, une femme de 89 ans qui souffrait de maladies chroniques, selon le ministère de la Santé. 
Cette Marocaine qui résidait habituellement en Italie “souffrait de maladies chroniques au niveau notamment de l’appareil respiratoire et du système cardiovasculaire”, a précisé le ministère dans un communiqué. Elle était rentrée au Maroc fin février, avant d‘être diagnostiquée positive au nouveau coronavirus et transférée à un hôpital de Casablanca (ouest) sous surveillance médicale. Son cas avait été alors jugé “critique”.

Togo – premier cas de coronavirus a été identifié au Togo, a annoncé vendredi le gouvernement togolais, précisant que la “patiente de 42 ans” était arrivée du Bénin voisin par la frontière terrestre.
“Du 22 février au 2 mars, elle a cependant séjourné successivement au Bénin, en Allemagne, en France et en Turquie, avant de regagner le Togo via le Bénin, par la frontière terrestre de Sanvi Condji le 2 mars 2020”, a-t-il précisé.
La patiente été placée en isolement et son état de santé ne “suscite aucune inquiétude majeure”.
Son identité n’a pas été dévoilée, mais plusieurs sources proches du gouvernement ont fait savoir à l’AFP qu’il s’agit d’une ressortissante togolaise.

L’Afrique du Sud également touchée a annoncé jeudi avoir identifié un premier cas du nouveau coronavirus sur son territoire, un homme de 38 ans qui a récemment séjourné en Italie.
Cet homme et son épouse faisaient partie d’un groupe de dix personnes qui est rentré en Afrique du Sud dimanche, a précisé le ministre de la Santé Zweli Mkhize.
Il a consulté un médecin généraliste dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal (nord-est) le lendemain à cause de fièvre, maux de tête, maux de gorge et toux, a précisé M. Mkhize dans un communiqué.
“Le patient est à l’isolement depuis le 3 mars”, a assuré le ministre en ajoutant que son médecin l‘était également.

Le coup d’envoi de Ligue africaine de basket reporté

La saison inaugurale de la Ligue africaine de basket (BAL), qui devait débuter le 13 mars à Dakar, a été reportée à une date ultérieure en raison de la propagation du coronavirus, a annoncé mardi la NBA, partenaire de cette nouvelle compétition.
“Suite à la recommandation du gouvernement sénégalais, concernant l’escalade des problèmes de santé liés au coronavirus, la saison inaugurale de la BAL est reportée”, a indiqué son président, Amadou Gallo Fall, cité dans le communiqué de la NBA.
“Je suis déçu que nous ne soyons pas en mesure de donner le coup d’envoi de cette ligue historique comme prévu, mais nous nous réjouissons du lancement très attendu de la BAL à une date ultérieure”, a-t-il ajouté, sans donner plus de précision. Cette annonce intervient au lendemain de la confirmation par le Sénégal de son premier cas d’infection au nouveau coronavirus.

Maroc : le Tour cycliste et le le Grand Prix de Rabat annulés

Le Tour du Maroc cycliste 2020, initialement prévu du 9 au 18 avril prochain, vient d’être annulé par la Fédération à cause du coronavirus. Cette décision intervient 24 heures après l’annonce du premier cas confirmé du coronavirus au Maroc. Elle serait liée aux mesures de sécurité mises en place par les autorités locales qui recommandent la restriction des grandes manifestations et rassemblements de masse. Raison pour laquelle, le Grand Prix de judo de Rabat, qui devait se dérouler du 6 au 8 mars dans la capitale du Maroc, a été tout simplement annulé.

Des événements reportés

Au Sénégal, le ministre de l’Intérieur a décidé mardi “de reporter jusqu‘à nouvel ordre” un évènement culturel de trois jours, prévu à partir du 6 mars dans la commune de Linguère (nord), dont il est le maire.
Le report est destiné à “faire face à la propagation du coronavirus récemment enregistré au Sénégal”, a annoncé le ministre sur Twitter. L‘évènement devait inclure un concert du très populaire Wally Seck, un gala de lutte, sport très prisé au Sénégal, et une journée de nettoiement populaire.
C’est le premier report officiel d’un événement depuis l’annonce du coronavirus sur le continent.
Ailleurs, au Nigeria, le Parlement a approuvé mardi à l’unanimité un congé de deux semaines pour tous ses élus, pour garantir leur “sécurité” face au coronavirus dont un cas a été déclaré la semaine dernière à Lagos.

Le Maroc, dernier pays touché

Le royaume chérifien a annoncé dans la soirée de lundi son premier cas de coronavirus virus. Il s’agit d’un ressortissant marocain revenu il y a peu d’Italie. Après des analyses à l’Institut Pasteur-Maroc, l’homme a été confirmé comme porteur du virus. Quoique, son état de santé « est stable et ne suscite pas d’inquiétudes », a rassuré le chef du gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani, qui donnait une conférence de presse dans la soirée de ce lundi en compagnie du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb.

La Tunisie dans la boucle

Toujours ce lundi, la Tunisie a elle-aussi annoncé son premier cas du nouveau coronavirus. Il s’agit du premier cas confirmé dans le pays. “La Tunisie a enregistré un premier cas”, a indiqué le ministre de la Santé tunisien, Abdellatif Mekki, précisant qu’il s’agit d’un Tunisien, “un quadragénaire arrivé par la mer d’Italie”, troisième pays le plus touché par la contamination du virus, après la Chine et la Corée du Sud.

“Nous allons prendre les mesures sanitaires et humaines concernant la famille du malade et les personnes à bord du bateau”, a assuré M. Mekki, entré en fonctions vendredi. Quelque 254 personnes se trouvaient à bord du bateau arrivé en Tunisie le 27 février, a précisé le ministre à une radio locale. Les autorités avaient, selon lui, demandé aux passagers de l’embarcation de s’isoler par eux-mêmes et d’alerter les secours en cas de symptômes, ce que le malade a fait, permettant de détecter ce premier cas.

Après le Nigeria, le Sénégal est devenu ce lundi le second pays d’Afrique subsaharienne à faire l’expérience du COVID-19. Dakar a enregistré un premier cas confirmé tandis que Lagos y faisait face dès le vendredi. Mégapole de plus de 20 millions d’habitants, Lagos inquiète avec l’arrivée du nouveau coronavirus dans ses murs. Le Nigeria est considéré comme très vulnérable à la propagation virale en raison de son système de santé faible et de sa forte densité de population.

La communication comme principale arme de lutte

Avec l’ampleur de l‘épidémie qui touche désormais pas moins de 70 pays à travers le monde, les Etats africains ont pris des mesures pour contenir au mieux la maladie. Déjà, dans les aéroports internationaux de plusieurs pays, des contrôles stricts sont assurés en vue de détecter des cas suspects. Des centres d’analyse et de traitement – une trentaine au moins – ont éclos au fur et à mesure que prospérait la maladie. Enfin, des campagnes de communication ont été initiées en vue d’informer les populations sur les moyens les plus sûrs d‘éviter la contamination. Sur les réseaux sociaux, sur les sites des ministères de la Santé, des numéros verts de même que des messages éducatifs à la maladie sont diffusés.

(Source : africanew.fr)

Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire