Mali – L’esclavage par ascendance

Je vais à nouveau parler de cette forme d’esclavage qui perdure en Afrique et plus particulièrement au Mali.
Au nord-ouest du Mali, aux portes du désert, les Soninkés n’ont pas d’autre choix que d’émigrer à cause de l’esclavage par ascendance, toujours en pratique malgré l’interdiction du Mali qui a interdit l’esclavage en 1905, mais le système ” d’esclavage par ascendance ” persiste, en vertu duquel le statut d’esclave est attribué à certaines personnes parce que leurs ancêtres auraient été réduits en esclavage par des familles des soi-disant ” maitres “.

Des experts des droits de l’homme indépendants de l’ONU ont appelé, lundi, le Mali à prévenir les attaques contre les soi-disant esclaves, affirmant que ces incidents sont en augmentation, avec deux fois plus de personnes blessées cette année qu’en 2020.
Deux experts onusiens ont réagi à un incident survenu le 4 juillet dernier lorsque des habitants du village de Makhadougou, dans la région orientale de Kayes, ont tenté d’empêcher des personnes qu’ils considéraient comme des esclaves de travailler dans leurs champs.
À l’aide de machettes et de fusils, ils ont blessé 12 personnes, dont trois femmes non impliquées dans l’affrontement qui ont été touchées par des balles perdues à l’intérieur de leur maison.

Beaucoup d’experts déplore l’inaction du gouvernement malien, malgré je le répète l’interdiction de l’esclavage depuis 1905. En réalité, les personnes nées en esclavage (c’est à dire enfants d’esclaves) travaillent sans être payées et sont privées de leurs droits fondamentaux et de leur dignité.
Tous ceux qui rejettent la désignation ” d’esclave “, qui tentent de défendre leurs droits, et les organisations anti-esclavagistes, sont régulièrement attaqués par les chefs traditionnels ou religieux ainsi que leurs alliés, et même certaines personnes faisant parties des autorités de l’État malien.

Il est quand même inquiétant de voir l’inertie des autorités et que personne n’ai été arrêté pour des attaques qui ont pu avoir lieu ! Le fait que le gouvernement malien a échoué pour faire en sorte que les auteurs d’actes esclavagistes répondent de leurs actes envoie un signal choquant et inquiétant. Les chefs traditionnels et religieux qui cautionnent ces attaques violentes devraient aussi répondre de leurs actes, mais bien entendu c’est l’omerta.
Au 21ème siècle il ne devrait pas y avoir de discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la propriété ou la naissance. C’est juste inadmissible que des gens qui se sont plaint d’avoir été mis en esclavage par les colons reproduisent les mêmes schémas sur leurs propres frères.
J’espère juste que ce gouvernement fera ce qu’il faut pour que tout cela s’arrête et ne soit pas la honte au regard du monde, alors le combat continu.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire