Cameroun – Le sultan Nabil Mbombo Njoya, nouveau roi des Bamouns

Le palais du sultan Roi des Bamouns à Foumban, Cameroun.
Le palais du sultan Roi des Bamouns à Foumban, Cameroun. © Wikimédia common/Amcaja

Nous allons terminer par cette nouvelle de RFI qui concerne le Cameroun.
Chef traditionnel d’une communauté qui revendique deux millions d’âmes, Nabil Mbombo Njoya a été intronisé ce dimanche 10 octobre 2021. À 28 ans, il succède à son défunt père, le sultan Ibrahim Mbombo Njoya.
Ce dernier était un proche du président Paul Biya, il le connaissait depuis ses débuts en politique. Nabil Mbombo Njoya, lui, représente une nouvelle génération.
Parmi les nombreux enfants de l’ancien roi des Bamouns, Nabil Mbombo Njoya est le premier fils né après l’intronisation du sultan défunt. Désigné dans le testament de son père, ce choix n’a pas été une surprise selon le biographe l’ancien monarque.

Pour endosser ses nouveaux habits de chef traditionnel, Nabil Mbombo Njoya doit quitter ses fonctions au sein de l’administration territoriale. Il était jusque-là responsable des affaires juridiques au gouvernorat de la région du Sud.
Très proche de son père, il a été élevé dans la tradition bamoun, scolarisé à l’école américaine de Yaoundé avant de faire des études aux États-Unis et à l’École nationale d’administration et de la magistrature du Cameroun.
Il a été désigné après un conclave d’initiation conduit pas les notables du royaume et devient à 29 ans , le vingtième dans la lignée des rois Bamoun. Ce puissant royaume de l’ouest du Cameroun qui compte quelque 2 millions d’âmes.

Sera-t-il aussi influent que son père ? Le défunt Sultan Ibrahim Mbombo Noya était membre du bureau politique du RDPC dès sa création, c’était aussi un ami personnel du président Paul Biya. Réputé pour son franc-parler, il avait pris position sur des sujets aussi sensibles que le conflit dans l’ouest anglophone et l’après-Biya, plaidant pour plus de décentralisation et pour une meilleure préparation de l’alternance.
Son fils, Nabil Mbombo Njoya, en revanche, n’a jamais milité dans un parti. Il a l’âge d’être le fils voire le petit-fils du président camerounais. Selon le biographe du défunt sultan, l’avantage d’une implication politicienne moindre du nouveau monarque est qu’il pourra se concentrer sur les affaires bamouns et la défense de la culture et de la tradition.
(Source : RFI)

Alors dans un pays qui se dit démocratique les traditions ont la dent dure et voir un roi émerger de ce système est franchement un exploit.
Il est évident qu’être roi de plus de 2 millions de personnes sur 26.5 millions que compte le Cameroun est important, mais ce jeune roi a t’il été préparé à son destin ? Là est la question !!!
La suite dira si dans l’avenir, ce jeune roi aura une quelconque influence sur le président Biya, rien n’est moins sur, mais il est évident de par ses études et son parcours, il sera surement un roi avant-gardiste qui peu aider éventuellement à changer les conflits qui règnent en pays camerounais.
Sur ce je vous souhaite une agréable fin de journée ainsi qu’une douce soirée entourés(es) des personnes que vous aimez.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Afrique, Les Mots de Paula, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire