Monde – Connaissez-vous vraiment L’Abbé Pierre

L’abbÈ Pierre se promËne dans le parc de l’abbaye de St Wandrille en Seine-Maritime, le 05 dÈcembre 1987, o˘ il est venu se reposer le temps d’un week-end. AFP PHOTO – MYCH»LE DANIAU / AFP PHOTO / MYCHELE DANIAU

Bonjour à toutes & tous, internautes du monde, en ce jour de Noël, je vais parler du grand homme qu’était l’Abbé Pierre, pratiquement tout le monde connait son nom, mais connaissez-vous vraiment son histoire ?
En réalité son véritable nom était Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, né le 5 août 1912 à Lyon 4ᵉ et mort le 22 janvier 2007 à Paris 5ᵉ, est un prêtre catholique français, d’abord capucin, puis du diocèse de Grenoble, résistant, puis député, fondateur du mouvement Emmaüs comprenant la Fondation Abbé-Pierre pour le logement des défavorisés et de nombreuses  autres associations, fondations et entreprises de l’économie sociale en France.
En 1931, il fait sa profession religieuse chez les capucins où il prononce ses vœux. 
Par vœu de pauvreté, il renonce cette année-là à sa part du patrimoine familial, et donne tout ce qu’il possède à des œuvres caritatives.
Dans la religion, Henri Grouès devient “frère Philippe” et devient diacre. Il est ordonné prêtre en 1938 et quitte l’ordre des capucins en 1939 à cause de sa santé fragile, puis nommé vicaire la même année, mais fin 1939, il est mobilisé comme sous officier dans un régiment du train.

En 1940, il est nommé aumônier de l’hôpital de la Mure en Isère et en 1942, vicaire à la cathédrale de Notre-Dame de Grenoble, il recueille des enfants juifs dont les familles ont été arrêtées lors des rafles des Juifs étrangers en zone sud.
En novembre 1943, il fait passer en Suisse le plus jeune frère du Général de Gaulle, Jacques, ainsi que son épouse qu’il confie au réseau de l’abbé Marius Jolivet, curé de Collonges-sous Salève. Il participe à la création de maquis dont il est un des chefs dans le massif du Vercors et le massif de la Chartreuse. C’est à cette époque qu’il rencontre Lucie Coutaz, qui le cache sous un faux nom, et restera sa secrétaire particulière jusqu’à sa mort en 1982. Elle est considérée comme la cofondatrice du mouvement Emmaüs. 
En 1944, il est arrêté par l’armée allemande à Cambon les Bains, dans les Pyrénées Atlantiques, mais est relâché et passe en Espagne puis rejoint via Gibraltat le général de Gaulle à Alger. Il devient aumônier de la Marine sur le cuirassé Jean Bart à Casablanca au Maroc.  Toute sa vie il portera la croix d’aumônier de la marine sur la poitrine.

Après la guerre, il poursuit un carrière politique avec l’approbation de l’Archevêque de Paris et il se présente aux élections législatives et est élu par trois fois député en Meurthe et Moselle comme parti indépendant. Sa profession de foi affiche un programme dit de troisième force “ni capitaliste, ni collectiviste”
Avec Albert Camus et André Gide, il fonde en 1948 le comité de soutien à Garry Davis, fondateur d’un autre mouvement mondialiste, celui des CITOYENS DU MONDE, qui s’oppose à la remontée rapide des égoïsmes nationaux et déchire son passeport devant l’ambassade américaine. En 1966, il lance avec des personnalités internationales un appel à s’inscrire dans le Registre international des citoyens du monde.

“La misère est muette comme le pouvoir est aveugle. Il faut que la voix des hommes sans-voix empêche les puissants de dormir”.
Cette citation de l’Abbé Pierre, contestataire, n’avait aucunement peur du gouvernement, pour être franche, il n’avait peur de rien, ni de personne, il n’hésitait pas à crier tout haut ce que beaucoup pensait tout bas.
A mon avis, s’il voit le bordel en France maintenant, il hurlerait encore plus fort pour se faire entendre, il claquerait la porte des grands de ce monde sans aucuns complexes et leur dirait ce qu’il pense de leurs idées à la con.
Puis en s’adressant à nous il dirait :
“Mes amis, réveillons-nous ! Assez d’indifférence ! C’est la guerre ! Une guerre contre la misère qui attaque l’univers des hommes”.
Et il continuerait sur sa lancée en nous haranguant avec vigueur,
“Il y a une Loi avant les lois. Une loi absolue qui est la loi des lois : pour venir en aide à un humain sans toit, sans pain, sans soin, il faut savoir braver les lois”.
Quel homme que cet Abbé Pierre, moi je vous le dis, il en faudrait des milliers comme lui pour remettre tout le monde sur la bonne route, et les humains du monde pourraient fêter Noël dignement, dans la sérénité !!
Très bonne fin d’après midi et douce soirée à vous et aux vôtres, on se retrouve demain.
Les images posées sur cet article ne sont pas ma propriété, ni celles du site.
Paola

A propos Paola

Mon pseudo "Kaki Sainte Anne" Ecrivaine, mais je suis Béatrice Vasseur et je signe tous mes articles ici sous le nom de "Paola"
Ce contenu a été publié dans Les Mots de Paula, Monde, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire